Différences entre versions de « Gilbert Keith Chesterton »

Ajout de citations de "Orthodoxie"
(Ajout de citations de "Orthodoxie")
{{réf Livre|titre=The Club of Queer Trades|auteur=Gilbert K. Chesterton|éditeur=Penguin|année=1946|année d'origine=1905|page=47
|langue=en
}}
 
== ''[[w:Orthodoxie (essai)|Orthodoxie]]'', 1908 ==
{{citation|
Le conte de fées envisage ce qu'un homme saint d'esprit ferait dans un monde de fous. Le roman réaliste et prudent d'aujourd'hui envisage ce qu'un homme essentiellement fou ferait dans un monde insignifiant.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=27
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
La poésie est saine parce qu'elle flotte avec aisance sur une mer infinie ; la raison s’évertue à traverser cette mère infinie, et dès lors à la délimiter. Il en résulte un épuisement mental, pareil à l'épuisement mental de M.Hollbein. Tout accepter est un exercice ; tout comprendre est une rude épreuve. Le poète n'aspire qu'à l'exaltation et à l'expansion, à un monde où il puisse s'étendre. Le poète ne demande qu'à lever sa tête jusqu'au cieux. C'est le logicien qui cherche à faire entrer le ciel dans sa tête. Et c'est sa tête qui se fend.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=29
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
Le fou n'est pas un homme qui a perdu la raison. Le fou est un homme qui a tout perdu sauf sa raison.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=32
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
L'éternité des fatalistes matérialistes, l'éternité des pessimistes orientaux, l'éternité des théosophes dédaigneux et des grands scientifiques contemporains est en effet fort bien représentée par un serpent dévorant sa queue, un animal dégradé qui va jusqu'à s'autodétruire.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=40
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
 
{{citation|
Il est indéniable que l'autorité religieuse a souvent été oppressive ou déraisonnable, de même que tout système légal (en en particulier le système actuel) a été insensible et empreint d'une cruelle apathie. Il est rationnel de s'en prendre à la police, et c'est même honorable. Mais les critiques modernes de l'autorité religieuse ressemblent à des hommes qui s'en prendraient à la police sans jamais avoir entendu parler de cambrioleurs. Car l'esprit humain s'expose à un grand péril, un péril aussi concret qu'un cambriolage. L'autorité religieuse a été dressée contre lui à tord ou à raison, comme une barrière. Et il faut certainement dresser quelque barrière contre lui si on veut que notre race ne coure pas à sa perte. <br />
Ce péril, c'est que l'intelligence humaine et libre de s'autodétruire.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=54
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
L'homme révolté moderne ne sert pratiquement plus l'objet de sa révolte. En se rebellant contre tout, il a perdu le droit de se rebeller contre quoi que ce soit.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=68
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
On pourrait définir la tradition comme une extension du droit de vote au passé. Elle consiste à accorder le droit de suffrage à la plus obscure de toutes les classes, celle de nos ancêtres. C'est la démocratie des morts. La tradition refuse de se soumettre à la petite oligarchie arrogante de ceux qui ne font que se trouver par hasard sur terre.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=76
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
Pour nos objectifs titanesques de foi et de révolution, ce dont nous avons besoin n'est pas l'acceptation glaciale du monde comme un compromis, mais le moyen de passionnément le haïr et de l'aimer passionnément. Nous ne voulons pas que la joie et la colère se neutralisent l'une l'autre et produisent un contentement maussade ; nous voulons une délectation plus farouche et un mécontentement plus farouche. Il faut que nous percevions l'univers à la fois comme le château de l'ogre à assaillir et comme notre propre chaumière où nous pouvons rentrer à la tombée de la nuit.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=114
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
Le courage est presque une contradiction dans les termes. C'est un puissant désir de vivre qui prend la forme d'un empressement à mourir. « Celui qui perdra sa vie la sauvera » n'est pas une sentence mystique à l'usage des saints et des héros. C'est le conseil quotidien aux marins et aux montagnards. On pourrait l'imprimer dans un guide des Alpes ou dans un manuel de manœuvres maritimes. Ce paradoxe est tout le principe du courage, même du courage tout à fait terrestre ou tout a fait brutal.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=148
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
Le progrès devrait vouloir dire que nous transformons sans cesse le monde pour l'adapter à notre vision. Il signifie en réalité (à l'heure actuelle) que nous changeons sans cesse la vision. Il devrait vouloir dire que nous apportons lentement mais sûrement la justice et la charité aux hommes ; il signifie en réalité que nous avons tôt fait de douter des avantages de la justice et de la charité. [...] <br />
Nous ne modifions pas le réel pour l'adapter à l'idéal. Nous modifions l'idéal : c'est plus facile.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=168, 169
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
L'essence de tout panthéisme, de tout évolutionnisme et de toute religion cosmique moderne se trouve en réalité dans cette proposition : la Nature est notre mère. Malheureusement, si vous considérez la Nature comme une mère, vous découvrirez qu'elle est une belle-mère. Le principal argument du christianisme était le suivant : La Nature n'est pas notre mère ; elle est notre sœur. Nous pouvons être fiers de sa beauté, puisque nous avons le même père ; mais elle n'a sur nous aucune autorité.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=179
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}
 
{{citation|
Nous n'avons aucun besoin de nous rebeller contre l'Antiquité ; il faut nous rebeller contre la nouveauté. Ce sont les nouveaux dirigeants, le capitaliste ou le rédacteur en chef, qui exercent réellement leur emprise sur le monde moderne.
}}
{{Réf Livre
|titre=Orthodoxie
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|année=2010
|année d'origine=1908
|page=184
|ISBN=978-2-0812-2028-7
}}