Différences entre versions de « Guerre »

29 octets supprimés ,  il y a 3 ans
m
→‎[[Gustave de Molinari]], « [[s:De la production de la sécurité|De la production de la sécurité]] », 1849 : clean up, typos fixed: p. 282 → {{p.|282}} (2), 15 Février → 15 février (2), avec AWB
m (→‎[[Gustave de Molinari]], « [[s:De la production de la sécurité|De la production de la sécurité]] », 1849 : clean up, typos fixed: p. 282 → {{p.|282}} (2), 15 Février → 15 février (2), avec AWB)
===[[Gustave de Molinari]], « [[s:De la production de la sécurité|De la production de la sécurité]] », 1849===
Partout, à l’origine des sociétés, on voit donc les races les plus fortes, les plus guerrières, s’attribuer le gouvernement exclusif des sociétés&#8239;; partout on voit ces races s’attribuer, dans certaines circonscriptions plus ou moins étendues, selon leur nombre et leur force, le monopole de la sécurité.<p>Et, ce monopole étant excessivement profitable par sa nature même, partout on voit aussi les races investies du monopole de la sécurité se livrer à des luttes acharnées, afin d’augmenter l’<s></s>''étendue de leur marché,'' le nombre de leurs consommateurs ''forcés,'' partant la quotité de leurs bénéfices.<p>La guerre était la conséquence nécessaire, inévitable de l’établissement du monopole de la sécurité.<p>Comme une autre conséquence inévitable, ce monopole devait engendrer tous les autres monopoles.
*[[s:De la production de la sécurité#VI.|§VI]] de «&#8239;[[s:De la production de la sécurité|De la production de la sécurité]]&#8239;», ''[[w:Journal des économistes|Journal des économistes]]'' 22, no. 95 (Paris: Chez Guillaumin et c<small><sup>e</sup></small>, 15 Févrierfévrier 1849), [[s:Page:Journal des économistes, 1849, [[s:Page:Journal des économistes, 1849, T22.djvu/290|{{p. |282}}]].
 
<br>
 
Sous le régime de la libre concurrence, la guerre entre les producteurs de sécurité cesse totalement d’avoir sa raison d’être.&nbsp; Pourquoi se feraient-ils la guerre&#8239;?&nbsp; Pour conquérir des consommateurs&#8239;?&nbsp; Mais les consommateurs ne se laisseraient pas conquérir.&nbsp; Ils se garderaient certainement de faire assurer leurs personnes et leurs propriétés par des hommes qui auraient attenté, sans scrupule, aux personnes et aux propriétés de leurs concurrents.&nbsp; Si un audacieux vainqueur voulait leur imposer la loi, ils appelle<!--Page 290-->raient immédiatement à leur aide tous les consommateurs libres que menacerait comme eux cette agression, et ils en feraient justice.&nbsp; De même que la guerre est la conséquence naturelle du monopole, la paix est la conséquence naturelle de la liberté.
*[[s:De la production de la sécurité#X.|§X]] de «&#8239;[[s:De la production de la sécurité|De la production de la sécurité]]&#8239;», ''[[w:Journal des économistes|Journal des économistes]]'' 22, no. 95 (Paris: Chez Guillaumin et c<small><sup>e</sup></small>, 15 Févrierfévrier 1849), [[s:Page:Journal des économistes, 1849, [[s:Page:Journal des économistes, 1849, T22.djvu/297|pp{{p. |289}}]]–[[s:Page:Journal des économistes, 1849, T22.djvu/298|290]].
 
== Enseignement ==