Différences entre versions de « Œil »

2 octets supprimés ,  il y a 4 ans
m
clean up, remplacement: oeu → œu (4) avec AWB
m (clean up, remplacement: oeu → œu (4) avec AWB)
=== Critique ===
==== [[Louis Aragon]], Livres Choisis — ''Rose des vents'' ([[Philippe Soupault]]), 1919 ====
{{citation|citation=Pour se retrouver lui-même, il lui suffisait de revenir s'accouder aux marbres des cafés dont on suit d'un oeil idiot les veines jolîment entrelacées. Là, les mots entendus prennent des inflexions subites et on lit par désoeuvrementdésœuvrement les inscriptions de porcelaine des vitres qui tournent le dos.|précisions=Cette citation provient d'une revue dirigée par [[André Breton]]. Elle expose les propos critiques de [[Louis Aragon]] dans une rubrique qu'il lui avait été attribuée dans ce numéro. Il avait choisi notamment de commenter le recueil ''Rose des Vents'' de [[Philippe Soupault]] dont il est question ici.}}{{Réf Article|titre=Livres Choisis, [[Philippe Soupault]] — ''Rose des vents''|auteur=[[Louis Aragon]]|publication=Littérature|numéro=8|date=Octobre 1919|page=30}}
 
==== [[René Crevel]], ''La Période des sommeils'', 1932 ====
{{Citation|citation=Il a des yeux, cet enfant ! » dit-on de Paul. D’un bleu éclatant certes, sans que je parvienne réellement à définir ce qui différencie l’œil de Paul de celui d’un adulte. Grâce ces heures d’observation, j’ai compris finalement le « Il a des yeux, cet enfant ! » : la brillance, le renvoi de la lumière.
 
Occupant déjà sa taille adulte, l’iris de Paul est immense, entouré de deux anneaux bleus, l’un contre l’axe noir de la pupille, l’autre contre le blanc de l’œil. Entre eux, convergent les rayons de l’iris qui accrochent la lumière de façon différente, y créant une sorte de fluide bleuté remplaçant les mots.
 
La sclérotique, ce blanc de l’œil presque bleu, capte toute source lumineuse, la projetant dans la pupille en rectangles blancs. De près, la tache lumineuse se trouve être la croisée d’une fenêtre ou la masse dodue d’un cumulus… Miroirs ronds, les cornées neuves de Paul reflètent le Printemps telle une caméra.
{{Réf Livre|titre=Capitale de la douleur|auteur=[[Paul Éluard]]|éditeur=Gallimard|année=1997|page=139|collection=Poésie/Gallimard|année d'origine=1926}}
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2009|mois=novembre|jour=6|commentaire=|}}
 
 
{{citation|citation=<poem>Comme le jour dépend de l'innocence
==== [[Charles Baudelaire]], ''Le Spleen de Paris'', 1869 ====
''' L'horloge '''
{{citation|citation=Pour moi, si je me penche vers la belle Féline, la si bien nommée, qui est à la fois l'honneur de son sexe, l'orgueil de mon coeurcœur et le parfum de mon esprit, que ce soit la nuit, que ce soit le jour, dans la pleine lumière ou dans l'ombre opaque, au fond de ses yeux adorables je vois toujours l'heure distinctement, toujours la même, une heure vaste, solennelle, grande comme l'espace, sans division de minutes ni de secondes, — une heure immobile qui n'est pas marquée sur les horloges, et cependant légère comme un soupir, rapide comme un coup d'oeil.}}
{{Réf Livre|titre=Le Spleen de Paris|auteur=[[Charles Baudelaire]]|éditeur=Maxi-Livres|collection=Maxi-Poche Classiques Français|année=1995|année d'origine=1869|page=46|section=XVI. L'horloge|ISBN=2-87714-226-4}}
 
 
==== [[Dominique Fernandez]], ''Porporino ou les mystères de Naples'', 1974 ====
{{citation|citation=— Vois-tu, mon petit, nous avons appris du mouvement encyclopédique français ainsi que de l'idéologie franc-maçonne le grand thème de la rationalité de l'univers et du pouvoir transformateur de l'oeuvreœuvre humaine éclairée par la lumière de la raison. Néanmoins, comment nous le dissimuler ? tout va de travers à Naples, avec une régularité et une obstination qui infligent à cette confiance un démenti permanent. L'adversité errante qui flotte sur la ville et s'amuse à bafouer systématiquement les efforts des hommes de bonne volonté se concentre dans l'oeil torve du ''jettatore''. Nous avons besoin du ''jettatore'', comprends-tu ? Nous avons besoin de mettre un nom sur cette force occulte et maligne qui ruine chaque jour nos espoirs.}}
{{Réf Livre|titre=Porporino ou les mystères de Naples|auteur=[[Dominique Fernandez]]|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1974|année d'origine=1974|page=348|section=Castrapolis|partie=III « Naples »|ISBN=978-2-246-01243-6}}
 
=== [[Paul-Claude Racamier]], ''Les Schizophrènes'', 1980 ===
''' Préambule et divertimento '''
{{Citation|citation=<poem>''Persée part chez la Gorgone. Encore lui faut-il savoir le chemin. Sur le conseil d'Athéna il s'en alla demander l'adresse des Gorgones à leurs trois autres soeurssœurs, les Grées. Et dès lors apparaît le thème du regard, car pour obtenir ces renseignements, Persée dérobe aux vieilles Grées l'unique oeil qu'elles se partagaient à elles trois.''
''Persée ne part pas non plus sans armes : des Nymphes il reçoit le casque d'Hadès, qui rend invisible ; d'Hermès il reçoit des sandales ailées et une serpe ; d'Athéna enfin il reçoit un bouclier de peau poli comme un miroir, et un conseil : celui de ne regarder Méduse que dans ce miroir.''
''Après un vol sans histoire, Persée trouva enfin Méduse. Il la voit dans le miroir qui réfléchit — qui réfléchit : au lieu de se laisser piéger par les paradoxes médusants, Persée réfléchit sur le paradoxe, utilisant à cet effet l'instrument confié par la déesse de l'intelligence. Dès cet instant-là, Méduse est perdue, son pouvoir est annulé : la voilà qui dort. Alors il lui coupe le cou.''</poem>}}