Différences entre versions de « Solitude »

3 octets supprimés ,  il y a 3 ans
m
clean up, remplacement: oeu → œu (2) avec AWB
(→‎Octavio Paz : suppression d'une citation HS)
m (clean up, remplacement: oeu → œu (2) avec AWB)
{{Réf Livre|référence=Voyage au bout de la nuit/Gallimard-Folio|page=380}}
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2008|mois=octobre|jour=21|commentaire=|}}
 
 
==== [[Robert Desnos]] ====
|page=104
|chapitre=L'écriture}}
 
 
==== [[Friedrich Nietzsche]] ====
 
==== [[Jean-Jacques Rousseau]] ====
{{citation|citation=C'est de cette époque que je puis dater mon entier renoncement au monde et ce goût vif pour la solitude qui ne m'a plus quitté depuis ce temps-là. L'ouvrage que j'entreprenais ne pouvait s'exécuter que dans une retraite absolue ; il demandait de longues et paisibles méditations que le tumulte de la société ne souffre pas. Cela me força de prendre pour un temps une autre manière de vivre dont ensuite je me trouvai si bien que ne l'ayant interrompue depuis lors que par force et pour peu d'instants, je l'ai reprise de tout mon coeurcœur et m'y suis borné sans peine aussitôt que je l'ai pu, et quand ensuite les hommes m'ont réduit à vivre seul, j'ai trouvé qu'en me séquestrant pour me rendre misérable, ils avaient plus fait pour mon bonheur que je n'avais su faire moi-même.}}
{{Réf Livre|titre=Rêveries du promeneur solitaire|auteur=Jean-Jacques Rousseau|éditeur=Le Livre de Poche|collection=Classiques|année=2001|année d'origine=1782|page=71|section=Troisième Promenade|ISBN=978-2-253-160991}}
 
{{citation|citation=Je sens des extases, des ravissements inexprimables à me fondre pour ainsi dire dans le système des êtres, à m'identifier avec la nature entière. Tant que les hommes furent mes frères, je me faisais des projets de félicité terrestre ; ces projets étant toujours relatifs à tout, je ne pouvais être heureux que de la félicité, et jamais l'idée d'un bonheur particulier n'a touché mon coeurcœur que quand j'ai vu mes frères ne chercher le leur que dans ma misère. Alors pour ne les pas haïr il a bien fallu les fuir ; alors me réfugiant chez la mère commune j'ai cherché dans ses bras à me soustraire aux atteintes de ses enfants, je suis devenu solitaire, ou, comme ils disent, insociable et misanthrope, parce que la plus sauvage solitude me paraît préférable à la société des méchants, qui ne se nourrit que de trahisons et de haine.}}
{{Réf Livre|titre=Rêveries du promeneur solitaire|auteur=[[Jean-Jacques Rousseau]]|éditeur=Le Livre de Poche|collection=Classiques|année=2001|année d'origine=1782|page=139|section=Septième Promenade|ISBN=978-2-253-160991}}
 
|ISBN=978-2-07-012925-6
|page=114}}
 
 
{{autres projets
[[de:Einsamkeit]]
[[el:Μοναξιά]]
[[he:בדידות]]
[[hy:Մենություն]]
[[he:בדידות]]
[[lt:Vienatvė]]
[[nl:Eenzaamheid]]