« Bernard Maris » : différence entre les versions

6 928 octets ajoutés ,  il y a 5 ans
Ajout de citations "Et si on aimait la France"
(Ajout de citations "Et si on aimait la France")
'''{{w|Bernard Maris}}''' est un économiste, écrivain et journaliste français, né le 23 septembre 1946 à Toulouse (Haute-Garonne) et assassiné le 7 janvier 2015 à Paris lors de l'attentat au siège du journal ''[[w:|Charlie Hebdo]]''.
 
== ''Houellebecq économiste'', 2014 ==
{{Citation
|citation=Pour comprendre la vie, les économistes ne cessent d'en chasser le sel, l'amour, le désir, la violence, la peur, l'effroi, au nom de la rationalité des comportements. Ils traquent pour la détruire cette émotion qui abolit la chaine causale.
|ISBN=978-2-0812-9607-7
|page=126
}}
 
== ''Et si on aimait la France'', 2015 ==
{{citation|
J'ai négligé mon pays. Je l'ai négligé comme une évidence. Et j'ouvre les yeux sur ceux qui lui ravissent… ce que vous voulez. Son âme, sa beauté. le salaud au sens de [[Jean-Paul Sartre|Sartre]] qui construit dans la Somme la « ferme des mille vaches » ; les salauds qui la conchient de bretelles, de rond-points, de promotions immobilières, de supermarchés, de zones industrielles, d'immensités pavillonnaires parsemées de rues aux noms d'arbres, filles de tristesse d'architectes couverts par leurs maquereaux de promoteurs qui la bétonnent et la goudronnent ; les veules édiles qui laissent quelques rues occupées par des idiots en prière, à qui j'envoie les Dupont-Dupond de ''Tintin au pays de l'or noir'' pour leur botter le cul ; ceux qui arrachent ses vêtements, l'éducation, la connaissance, la langue, la République, la sociale, le peuple dans la ville, l'égalité, la laïcité, l'intelligence, le rire…
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=26, 27
}}
 
{{citation|
Malgré tout, ils ne parviennent pas à masquer de leur burqa couleur d'argent cette « madone », selon [[Charles de Gaulle|de Gaulle]], cette « femme » pour [[Jules Michelet|Michelet]]. Disons que j'ai envie de démasquer les prétendants et de dire à ma Pénélope : « Attention, poupée, regarde ceux qui sont autour de toi et ce qu'ils veulent faire… » <br />
Qu'est-ce que la France sans la grandeur ? Oui la douce, oui : mais qu'est-ce que la France sans la beauté ?
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=27
}}
 
{{citation|
Quel historien s'interrogera un jour sur le carnage que fut l'enseignement en France des années 70 à nos jours ? J'en étais resté à mon modèle d'instituteur, et à la lettre de [[Albert Camus|Camus]] au sien, Louis Germain, à qui il avait aussitôt pensé juste après sa mère en recevant son prix Nobel : « Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. » Je me doutais qu'ici où là les choses n'allaient pas très bien, qu'on n'arrivait plus à faire parler correctement ni à faire lire les enfants, encore moins à les « intégrer », pour jargonner comme un sociologue ou un homme politique…
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=30
}}
 
{{citation|
Il faut aussi admettre que la France est un pays profondément chrétien, profondément marqué par le catholicisme — on ne canonise pas une [[Jeanne d'Arc]] pour rien —, même s'il n'a plus grand chose à voir avec sa haute tradition, et que précisément, la distance prise avec cette tradition peut lui rendre insupportable l'arrivée d'une religion, l'islam, dont les adeptes n'ont pas encore pris cette même distance.
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=69
}}
 
{{citation|
Habitant le centre du monde, dans ce cadeau des dieux entre le monde de la Méditerranée et celui des barbares, comment les Français n'auraient-ils pas été condamnés à l'exceptionnel et à l'universel ? Quelle autre dimension que celle de l'univers pour accueillir leurs idées, leur rayonnement, et tout simplement leur génie ? Chartres, Versailles, la Révolution, la République et les droits de l'homme ne sont-ils pas inscrits il y a dix mille ans dans ce pays tempéré, équilibré, divers et serein ?
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=85
}}
 
{{citation|
Pourquoi toujours raconter la fable de la France rurale ? L'imaginaire français a encore envie de croire à la France rurale. C'est un vieux pacte entre le pouvoir central et les régions, un vieux pacte qui se méfie des villes, des bourgeois, des intellectuels, des marchands. Entre le prince et le paysan se noue une très vieille stabilité que la ville remet en cause parfois : en 1789, en 1848, en 1870, en 1968… L'État a une dette envers ses paysans. Il les a forcés à rejoindre la France, une et indivisible… Comment peut-il ne plus les assister ?
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=88, 89
}}
 
{{citation|
La banlieue est un désert urbanisé et habité, qui s'étale à l'infini, qui ne s'achève jamais, qui n'a ni centre ni périphérie, rien. Au-delà de la banlieue, il y a ce que les géographes appellent un « espace à dominante urbaine ». Un espace à dominante urbaine est encore moins qu'une banlieue qui est moins qu'une ville.
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=104
}}
 
{{citation|
La géographie se bouleverse sous nos yeux. Nous ne pouvons pas ne pas voir comment le paysage de France se transforme de façon désastreuse. Il existait un lien très fort entre l'ordre éternel des champs, le nombre fabuleux de petits propriétaires qui ont modelé nos terroirs, et le refus de l'Histoire. Ce n'est plus vrai. Le nombre de communes ne bouge pas, mais celles-ci sont vides, comme leur église sans curé, leur école sans élèves, leur centre-ville sans bureau de poste ni bistrot. Le problème est que la coupure entre le rural et l'urbain a disparu. C'est l'incertain, l'interminable qui caractérise le paysage français.
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=106, 107
}}
 
{{citation|
La Douce France, la France typée, si différenciée qu'un humoriste proposait de mettre les villes à la campagne, la France des banlieues et du centre, de la zone et des beaux quartiers, des paysans et des urbains, des ouvriers des cités prolétaires et des artisans des villes, qui savaient se fondre dans un peuple frondeur et factieux, cette France recouvre aujourd'hui de larges pans… de rien. De néant géographique. D'isolement et de solitude.
}}
{{Réf Livre
|titre=Et si on aimait la France
|auteur=Bernard Maris
|éditeur=Fayard
|collection=Pluriel
|année=2016
|année d'origine=2015
|ISBN=978-2-818-50502-1
|page=111
}}
 
{{citation|Toujours les patrons se sont mal comportés. Depuis leur infâme participation à la collaboration jusqu'au dépeçage du capital public organisé par [[w:Jacques Chirac|Chirac]] puis les socialistes. toujours le secret, les coups tordus, les caisses noires, l'influence sur les médias, sur les politiques.}}
{{Réf Article|titre=Pleurons sur les patrons|auteur=Bernard Maris|publication=[[w:Charlie Hebdo|Charlie Hebdo]]|numéro=1175|date=24 décembre 2014|page= 6|ISSN= 1240-0068}}
 
 
{{autres projets|w=Bernard Maris}}