Différences entre versions de « Gaston Bachelard »

Ajout d'une citation sur Gaston bachelard
(Ajout de la signature)
(Ajout d'une citation sur Gaston bachelard)
'''{{w}}''', né à Bar-sur-Aube le {{date|27|juin|1884}} et mort à [[Paris]] le {{date|16|octobre|1962}}, est un {{cat|philosophe}} des sciences et un phénoménologue de l'imaginaire de la poésie française.
 
== Citations de Gaston Bachelard ==
=== ''Le Nouvel Esprit scientifique'', 1934 ===
{{citation|Au-dessus du sujet, au-delà de l’objet, la science moderne se fonde sur le projet. Dans la pensée scientifique, la méditation de l’objet par le sujet prend toujours la forme du projet.}}
{{Réf Livre|titre=Le Nouvel Esprit scientifique|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1934|page=15}}
 
=== ''La Formation de l'esprit scientifique'', 1938 ===
{{citation|La science de la réalité ne se contente plus du ''comment'' phénoménologique ; elle cherche le ''pourquoi'' mathématique.}}
{{Réf Livre|titre=La Formation de l'esprit scientifique|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Vrin
|année=1938|page=5}}
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2008|mois=octobre|jour=7|commentaire=|}}
 
 
{{citation|Une expérience ''scientifique'' est […] alors une expérience qui ''contredit'' l'expérience ''commune''.}}
|commentaire=
}}
 
 
{{citation|Face au réel, ce qu'on croit savoir clairement offusque ce qu'on devrait savoir. Quand il se présente à la culture scientifique, l'esprit n'est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l'âge de ses préjugés. Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.}}
{{citation|Une connaissance générale est presque fatalement une connaissance vague.}}
{{Réf Livre|titre=La Formation de l'esprit scientifique|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Vrin|année=1938|page=72}}
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2008|mois=octobroctobre|jour=25
|commentaire=|}}
 
 
=== ''La Psychanalyse du feu'', 1938 ===
{{citation|Loin de s'émerveiller, la pensée objective doit ironiser.}}
{{Réf Livre|titre=La Psychanalyse du feu|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Gallimard|année=1949|collection=NRF idées|section=avant-propos|page=9-10}}
{{Réf Livre|titre=La Psychanalyse du feu|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Gallimard|année=1949|collection=NRF idées|section=conclusion|page=181}}
 
=== ''La Philosophie du non'', 1940 ===
{{citation|L'esprit scientifique ne peut se constituer qu'en détruisant l'esprit non scientifique. Trop souvent le savant se confie à une pédagogie fractionnée alors que l'esprit scientifique devrait viser à une réforme subjective totale. Tout réel progrès dans la pensée scientifique nécessite une conversion.}}
{{Réf Livre|titre=La Philosophie du non|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1962|page=8}}
{{Réf Livre|titre=La Philosophie du non|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1962|page=134}}
 
=== ''[[w:L'Eau et les Rêves|L'Eau et les Rêves]]'', 1942 ===
{{citation|Au fond de la matière pousse une végétation obscure ; dans la nuit de la matière fleurissent des fleurs noires. Elles ont déjà leurs velours et la formule de leur parfum.}}
{{Réf Livre|titre=L'Eau et les Rêves|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1942|page=3}}
|année=1993|année d'origine=1942|page=187|partie=III|chapitre=VIII L'eau violente|ISBN=978-2-253-06100-7}}
 
=== ''L'Air et les Songes'', 1943 ===
{{citation|citation=Le poème est essentiellement ''une aspiration à des images nouvelles''. Il correspond au besoin essentiel de ''nouveauté'' qui caractérise le psychisme humain.}}
{{Réf Livre|titre=L'Air et les Songes — Essai sur l'imagination du mouvement|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Le Livre de Poche|collection=Biblio Essais|année=1992|année d'origine=1943|page=6|partie=I|chapitre=Introduction: « Imagination et mobilité »|ISBN=978-2-253-06100-7}}
{{Réf Livre|titre= L'Air et les Songes|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1950|année d'origine=1943|page=288}}
 
=== ''La Terre et les Rêveries du repos'', 1946 ===
{{citation|L'imagination n'est rien d'autre que le sujet transporté dans les choses.}}
{{Réf Livre|titre=La Terre et les Rêveries du repos|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1948|page=3}}
{{Réf Livre|titre=La Terre et les Rêveries du repos|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1948|page=25}}
 
=== ''La Terre et les Rêveries de la volonté'', 1948 ===
{{citation|L'imagination créatrice a de tout autres fonctions que celles de l'imagination reproductrice. À elle appartient cette ''fonction de l'irréel'' qui est psychiquement aussi utile que la ''fonction du réel'' si souvent évoquée par les psychologues pour caractériser l'adaptation d'un esprit à une réalité estampillée par les valeurs sociales.}}
{{Réf Livre|titre=La Terre et les Rêveries de la volonté|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1948|page=3}}
{{Réf Livre|titre=La Terre et les Rêveries de la volonté|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=José Corti|année=1948|page=227-228}}
 
=== ''La Dialectique de la durée'', 1950 ===
{{citation|La pensée pure doit commencer par un refus de la vie. La première pensée claire, c'est la pensée du néant.}}
{{Réf Livre|titre= La Dialectique de la durée|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1950|page=9}}
 
=== ''La Poétique de l'espace'', 1957 ===
{{citation|La devise du mollusque serait alors : il faut vivre pour bâtir sa maison et non bâtir sa maison pour y vivre.}}
{{Réf Livre|titre=La Poétique de l'espace|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1961|page=106}}
{{Réf Livre|titre=La Poétique de l'espace|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1961|page=139}}
 
=== ''Philosopher ou l'art de clouer le bec aux femmes'', 2006 ===
Quant à Gaston Bachelard, membre d'un jury de la Sorbonne qui, dans les années 1950, faisait passer un examen pour adultes, il se trouva face à une candidate âgée qui, au lieu de parler, se mit à pleurer. Bachelard en eut à son tour les larmes aux yeux. Il déclara alors à [[:w:Jean Guitton|Jean Guitton]], qui raconte la scène :
{{citation|Nous allons lui mettre dix et demi, c'est ce que nous méritons tous.}}
{{Réf Livre|titre=Philosopher ou l'art de clouer le bec au femmes|auteur=Frédéric Pagès|éditeur=Mille et une nuits|année=2006|page=16-17|ISBN=978-2-84205-978-1}}
 
=== ''Études'' ===
{{citation|C'est l'objectivation qui domine l'objectivité ; l'objectivité n'est que le produit d'une objectivation correcte.}}
{{Réf Livre|titre=Études|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=Vrin|année=2002|page=61|ISBN=2711600467}}
 
== Citation sur Gaston Bachelard ==
{{citation|Gaston Bachelard ressemblait moins à un être humain qu'à un chêne rouvre, magnifique, à l'écorce épaisse comme l'arbre de Zeus, entre la terre des hommes et le monde des dieux, qu'on venait consulter à Dodone, en Épire. Les mouvements de son feuillage dans le vent avaient valeur d'oracle. Un chêne, comme il en pousse aussi dans les plus belles futaies de France et d'Amérique, solide sur ses pattes jusqu'à ses cinq cents ou même mille ans. Sa barbe blanche, échappée de ses joues et de son menton, lui faisait une guirlande pareille à la mousse espagnole dont se brodent les chênes en Louisiane.
}}
{{Réf Livre
|titre=Journal d'un mauvais Français
|auteur=Christian Millau
|éditeur=Édition du Rocher
|année=2012
|ISBN=978-2-268-07403-0
|page=89
}}
 
[[Fichier:SignatureGastonBachelard.svg|vignette|gauche|Signature]]