Différences entre les versions de « Jean-Pierre Chevènement »

2 061 octets ajoutés ,  il y a 3 ans
m
→‎Sur les relations entre la justice et les médias : + nouvelle citation, avec le contexte détaillé de 2000 et son rappel en 2017, dans un contexte différent
(+ Articles connexes)
m (→‎Sur les relations entre la justice et les médias : + nouvelle citation, avec le contexte détaillé de 2000 et son rappel en 2017, dans un contexte différent)
== Sur l'intégration ==
{{citation|
Notre problème, ce sont les ratés de l'intégration. Mais comment peut-on intégrer les jeunes nés de l'immigration à un pays qui se débine en permanence et qui n'enseigne plus sa propre histoire ? Est-ce que les jeunes français ont une vision positive de leur pays ? Qu'est devenu le récit national ? Comment a-t-on pu tolérer que celui forgé au XIXè siècle par [[Jules Michelet|Michelet]] se soit complètement effacé ? Quel est le récit national de la France au XXèXXe siècle ? Il serait temps de s'y mettre.
}}
{{Réf Livre
|page=165, 166
|ISBN=978-2-204-10929-1
}}
 
== Sur les relations entre la justice et les médias ==
{{citation|
(...) l’étroit concubinage de la justice et des médias a entraîné la désuétude du secret de l’instruction et de la présomption d’innocence, le tribunal devenant bien souvent pilori.
|langue=fr
|précisions=La publication de cet article, qui se livrait à une analyse critique de l’essai ''Les Infortunes de la République'', de [[w:Jean-Marie Colombani|Jean-Marie Colombani]], intervenait moins d’un mois après la démission de Jean-Pierre Chevènement de ses fonctions de ministre de l’Intérieur dans le [[w:gouvernement Lionel Jospin|gouvernement Jospin]], en raison de son désaccord avec la politique du gouvernement sur l’évolution du statut de la Corse. La citation suit une phrase où l’ancien ministre indique que Jean-Marie Colombani, à l’époque directeur du quotidien ''[[w:Le Monde|Le Monde]]'', « vante[rait] la judiciarisation de l’espace public et le règne de l’opinion comme le sommet inégalé de la régulation des sociétés démocratiques, en passant par pertes et profits les ravages qu´exerce le préjugé ». <br /> Jean-Pierre Chevènement revient sur ces propos, indiquant « Je ne changerais pas un mot aujourd’hui. », dans un entretien accordé à l’hebdomadaire ''[[w:L'Express|L'Express]]'' n° 3427, daté du 8 mars 2017 (p. 43, « Je suis inquiet pour l’avenir de notre démocratie »), dans le cadre d'un dossier titré « La droite peut-elle encore gagner ? », pour lequel le magazine a sollicité les commentaires de plusieurs figures intellectuelles sur les dégâts causés par l’[[w:affaire Penelope Fillon|affaire Fillon]] et le feuilleton médiatico-judiciaire qu’elle occasionne.
}}
{{Réf Article
|titre=La Corse au miroir de la France
|auteur=Jan-Pierre Chevènement
|publication=[[w:Le Monde|Le Monde]]
|numéro=n. c.
|date=23 septembre 2000
|page= n. c.
|url=http://www.lemonde.fr/archives/article/2000/11/23/la-corse-au-miroir-de-la-france-par-jean-pierre-chevenement_121015_1819218.html
}}
 
1 860

modifications