Différences entre versions de « Gilbert Keith Chesterton »

6 650 octets ajoutés ,  il y a 3 ans
aucun résumé de modification
Balise : Éditeur de source 2017
Balise : Éditeur de source 2017
|ISBN=978-2-915988-28
|page=221
}}
 
== ''La Chose'', 1929 ==
{{citation|
Tous ces mots ridicules comme Service, Efficacité, Sens Pratique, etc., échouent parce qu'ils vénèrent les moyens et non la fin. Et tout revient donc à la question de savoir si nous proposons de vénérer la fin et, de préférence, la fin juste.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Le sceptique en tant que critique
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=18
}}
 
{{citation|
Il serait bien plus vrai de dire que la foi rend à un homme son corps, son âme, sa raison, sa volonté et même sa vie. Il serait encore plus vrai de dire que l'homme qui a accueilli la foi accueille toutes les anciennes fonctions humaines que toutes les autres philosophies lui ont déjà retirées. Il serait plus proche de la réalité d'affirmer qui lui seul connaîtra la liberté, lui seul aura une volonté, parce que lui seul croira au libre arbitre ; lui seul aura une raison dans la mesure où le doute ultime dénie toute raison comme toute autorité ; lui seul pourra vraiment agir, puisque l'action est menée envers une fin. Il est du moins assez probable que tout ce désespoir brutal et sans avenir de l'intellect fera de lui pour finir le seul citoyen capable de marcher et de parler dans une ville de paralytiques.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Le sceptique en tant que critique
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=26
}}
 
{{citation|
Le point essentiel, c'est que le monde à l'extérieur du foyer est désormais soumis à une discipline et à une routine rigides, et c'est seulement à l'intérieur du foyer qu'il y a véritablement une place pour l'individualité et la liberté. Quiconque franchit le seuil de la maison est obligé de s'engager dans une procession, tout le monde marchant dans la même direction et, dans une large mesure, étant obligé de porter le même uniforme. L'entreprise, en particulier la grande entreprise, est aujourd'hui organisée comme une armée.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=La dérive moin de la vie domestique
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=55
}}
 
{{citation|
Ce que nous observons à propos de l'ensemble de la culture courante du journalisme et de ce qui se discute en général, c'est que les gens ne savent pas encore comment commencer à penser. Non seulement leur pensée n'est que de troisième ou quatrième main, mais elle démarre toujours aux trois quarts du processus. Les hommes ne savent pas d'où viennent leurs propres pensées. Ils ne savent pas ce que leurs propres mots impliquent. Ils débarquent à la fin de chaque controverse et ne savent rien de l'endroit où elle a commencé et de quoi elle retourne. Ils comptent constamment sur certains absolus qui, une fois définis correctement, leur feraient l'effet, même à eux, d'être des absurdités plutôt que des absolus.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Logique - et tennis sur gazon
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=62, 63
}}
 
{{citation|
La psychanalyse, c'est le confessionnal sans les protections du confessionnal, le communisme, c'est le mouvement franciscain sans l'influence modératrice de l'Église ; et les sectes américaines qui ont hurlé pendant trois siècles contre la théâtralité pontificale et l'appel au sens, « égaient » désormais leurs messes grâce à des films d'une théâtralité extravagante et à des projecteurs de lumière rose braqués sur la tête de leur ministre du culte. Si nous avions un rayon de lumière à braquer quelque part, nous ne devrions pas le braquer sur le ministre.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Pourquoi je suis catholique
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=98
}}
 
{{citation|
Ces gens modernes entendent simplement par activité mentale un train express roulant de plus en plus vite le long des mêmes rails en direction de la même gare ; ou bien de plus en plus de wagons accrochés pour être conduits à la même destination. La notion qui a disparu de leurs esprits est celle du mouvement volontaire, même pour atteindre le même but. Ils ont fixé non seulement les fins, mais les moyens. Ils ont imposé non seulement les doctrines, mais les mots.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Sur le courage et l'indépendance
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=231
}}
 
{{citation|
Le monde, particulièrement le monde moderne, est parvenu à un curieux état de rituel ou de routine, dans lequel il a tort même lorsqu'il a raison, pourrions-nous pratiquement dire. Dans une large mesure, il continue à faire des choses raisonnables, mais il cesse rapidement d'avoir le moindre mobile raisonnable de les faire. Il nous sermonne inlassablement sur le caractère moribond de la tradition ; et il ne se soutient encore que de la vie de la tradition.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=Les sources de l'esprit sain
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=249
}}
 
{{citation|
La Chute est une vision de la vie. C'est non seulement l'unique vision éclairante de la vie, c'est aussi la seule qui soit encourageante. Elle maintient, contre les seules philosophies réelles alternatives que sont celles du bouddhiste, du pessimiste et du prométhéen, que nous avons fait un mauvais usage d'un monde bon et non simplement été pris au piège dans un monde mauvais. Elle renvoie le mal à un mauvais usage de la volonté et, par conséquent, implique qu'il peut être réparé grâce à un bon usage de la volonté. Tout autre croyance est une forme de reddition à la fatalité.
}}
{{Réf Livre
|titre=La Chose
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Flammarion
|collection=Climats
|traducteur=Pierre Guglielmina
|chapitre=L'esquisse de la chute
|année=2015
|années d'origine=1929
|ISBN=978-2-0813-0087-3
|page=306
}}