Différences entre versions de « Gilbert Keith Chesterton »

3 340 octets ajoutés ,  il y a 2 ans
Balise : Éditeur de source 2017
 
=== ''Le Club des métiers bizarres'', 1905 ===
{{citation|
[[François Rabelais|Rabelais]], ou son illustrateur fantastique Gustave Doré, doivent avoir eu leur part dans l'invention de ce qu'on appelle en Angleterre et en Amérique « immeuble de rapport ». Il y a quelque chose d'absolument gargantuesque dans l'idée d'économiser l'espace en empilant les unes sur les autres, maisons, portes d'entrée… tout le tremblement. Dans le chaos et la complication de ces rues verticales, n'importe qui peut demeurer, n'importe quoi peut s'y passer. <br />
C'est dans l'une d'elles, je crois, que se trouvent les bureaux du Club des Métiers bizarres.
|précisions=Incipit
}}
{{Réf Livre
|titre=Le Club des métiers bizarres
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Gallimard
|collection=l'Imaginaire
|traducteur=K.Saint Clair Gray
|chapitre=
|année=2015
|année d'origine=1905
|ISBN=978-2-07-076805-9
|page=11
}}
 
{{citation
{{réf Livre|titre=The Club of Queer Trades|auteur=Gilbert K. Chesterton|éditeur=Penguin|année=1946|année d'origine=1905|page=47
|langue=en
}}
 
{{citation|
Mes chers amis, dit Basil, lançant une bouffée vers le plafond, rappelez-vous toujours deux choses. La première est que si, lorsque vous faites des suppositions au sujet de quelqu'un qui jouit de toute sa raison, la chose la plus raisonnable est la plus probable, lorsque vous faites des suppositions au sujet de quelqu'un d'un peu toqué comme notre hôte, c'est la chose la plus insensée qui est la plus probable.
}}
{{Réf Livre
|titre=Le Club des métiers bizarres
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Gallimard
|collection=l'Imaginaire
|traducteur=K.Saint Clair Gray
|chapitre=
|année=2015
|année d'origine=1905
|ISBN=978-2-07-076805-9
|page=136
}}
 
{{citation|
Quand les gens parlaient du péché originel, ils savaient qu'ils parlaient d'un mystère, d'une chose qu'ils ne comprenaient pas. Maintenant qu'ils parlent de la survivance des plus aptes, ils croient qu'ils la comprennent tandis que, non seulement,ils n'en ont aucune notion, mais encore ont une une idée absolument fausse de ce que les mots signifient. Le mouvement darwinien n'a rien changé dans l'humanité, sauf, peut-être, qu'au lieu de parler philosophie sans esprit philosophique, les hommes parlent maintenant science sans esprit scientifique.
}}
{{Réf Livre
|titre=Le Club des métiers bizarres
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Gallimard
|collection=l'Imaginaire
|traducteur=K.Saint Clair Gray
|chapitre=
|année=2015
|année d'origine=1905
|ISBN=978-2-07-076805-9
|page=183, 184
}}
 
{{citation|
J'étais assis sur le siège des puissants, j'étais vêtu d'écarlate et d'hermine… néanmoins, je n'occupais qu'un poste inférieur et sans importance. J'étais obligé de suivre un règlement mesquin aussi bien que n'importe quel facteur et mon uniforme et mes dorures ne valaient pas plus que les siens. Chaque jour passaient devant moi des cas difficiles et passionnés dont je devais prétendre adoucir la rigueur par de stupides emprisonnements ou de stupides amendes alors que je voyais parfaitement, à la lumière de mon bon sens, qu'ils auraient été bien mieux réparés par un baiser, par une raclée, par quelques mots d'explication, par un duel ou par un petit voyage dans les West Highlands.
}}
{{Réf Livre
|titre=Le Club des métiers bizarres
|auteur=Gilbert Keith Chesterton
|éditeur=Gallimard
|collection=l'Imaginaire
|traducteur=K.Saint Clair Gray
|chapitre=
|année=2015
|année d'origine=1905
|ISBN=978-2-07-076805-9
|page=203
}}