« Totalitarisme » : différence entre les versions

2 567 octets ajoutés ,  il y a 4 ans
S.L.
Balises : Modification par mobile Modification par le web mobile
(S.L.)
Le '''{{w|totalitarisme}}''' est le système politique des régimes à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée, dans lequel l'État tend à confisquer la totalité des activités de la société. Concept forgé au {{s-|XX|e}}, durant l'entre-deux-guerres, le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l'unité ».
 
 
== [[Philipp von Boeselager]], ''Nous voulions tuer Hitler'', 2008 ==
|commentaire=
|}}
 
== [[Alexandre Zinoviev]], 2000 ==
 
{{Citation
|citation= la fin du communisme a aussi marqué la fin de la démocratie, notre époque aujourd’hui n’est pas que post communiste, elle est aussi post démocratique. Nous assistons aujourd’hui à l’instauration du totalitarisme démocratique, ou si vous préférez à l’instauration de la démocratie totalitaire.
}}
{{Réf Livre|titre=La grande rupture - sociologie d'un monde bouleversé
|auteur=[[Alexandre Zinoviev]]
|éditeur=Éditions l'Âge d'Homme
|Chapitre= Dernier entretien en terre d'occident (juin 1999)
|année=2000
|page=91
}}
 
{{Citation
|citation= Le totalitarisme communiste était sensible aux critiques venant de l’Occident et celui-ci subissait aussi l’influence du communisme par le biais notamment de ses partis communistes. Aujourd’hui nous vivons dans un monde dominé par une idéologie unique, un fait unique, par un parti unique mondialiste.
}}
{{Réf Livre|titre=La grande rupture - sociologie d'un monde bouleversé
|auteur=[[Alexandre Zinoviev]]
|éditeur=Éditions l'Âge d'Homme
|Chapitre= Dernier entretien en terre d'occident (juin 1999)
|année=2000
|page=91
}}
 
{{Citation
|citation= Le totalitarisme se répand partout parce que la structure supranationale impose sa loi aux nations. Cette super structure non démocratique donne des ordres, sanctionne, bombarde, affame.
}}
{{Réf Livre|titre=La grande rupture - sociologie d'un monde bouleversé
|auteur=[[Alexandre Zinoviev]]
|éditeur=Éditions l'Âge d'Homme
|Chapitre= Dernier entretien en terre d'occident (juin 1999)
|année=2000
|page=93
}}
 
{{Citation
|citation= Le totalitarisme financier a soumis les pouvoirs politiques. Le totalitarisme financier est froid. Il ne connaît ni la pitié, ni les sentiments. Les dictatures politiques sont pitoyables en comparaison de ce totalitarisme-là. Une certaine résistance était possible au sein des dictatures les plus dures, aucune révolte n’est possible contre une banque.
}}
{{Réf Livre|titre=La grande rupture - sociologie d'un monde bouleversé
|auteur=[[Alexandre Zinoviev]]
|éditeur=Éditions l'Âge d'Homme
|Chapitre= Dernier entretien en terre d'occident (juin 1999)
|année=2000
|page=91
}}
 
 
{{Citation
|citation= Le totalitarisme démocratique et la dictature financière excluent la révolution sociale.
}}
{{Réf Livre|titre=La grande rupture - sociologie d'un monde bouleversé
|auteur=[[Alexandre Zinoviev]]
|éditeur=Éditions l'Âge d'Homme
|Chapitre= Dernier entretien en terre d'occident (juin 1999)
|année=2000
|page=94
}}
 
 
 
{{autres projets|w=Totalitarisme}}
Utilisateur anonyme