Différences entre versions de « Thomas Mann »

599 octets ajoutés ,  il y a 1 an
 
 
{{citation|citation=Les productions d'un monde de l'âme et de l'expression (…) sont toujours laides à force de beauté et belles à forcesforce de laideur, c'est la règle. Il s'agit d'une beauté spirituelle, non de la beauté de la chair, qui est absolument stupide (…) La beauté de la chair est abstraite. Il n'y a guère que la beauté intérieure qui ait de la réalité, celle de l'expression religieuse.}}
{{Réf Livre|titre=La Montagne magique
|auteur=Thomas Mann
|année d'origine=1931
|collection=Le Livre de Poche}}
 
{{citation|citation=Les productions du monde de l'âme et de l'expression, répliqua Naphta, sont toujours laides à force de beauté, et belles à force de laideur, c'est la règle. La beauté en question est spirituelle, à la différence de celle de la chair, qui est d'une stupidité absolue. Elle est d'ailleurs abstraite, ajouta-t-il. La beauté du corps est abstraite. Seules la beauté intérieure et l'expression du sentiment religieux ont une réalité.}}
{{Réf Livre|titre=La Montagne magique
|auteur=Thomas Mann
|éditeur=Fayard
|année=2016
|page=347
|traducteur=Claire de Oliveira}}
 
{{citation|citation=[I]l n'y a pas de dualisme ; l'au-delà est intégré dans l'en-deçà, l'opposition entre Dieu et la nature disparaît, et comme dans cette hypothèse la personnalité humaine n'est plus le lieu où s'affrontent deux principes ennemis, elle est une et harmonieuse, et par conséquent le conflit intérieur de l'homme tient uniquement au conflit entre les intérêts de l'homme et de la collectivité.}}
24

modifications