Différences entre les versions de « Jacques Chirac »

}}
 
== Citations à propos de Jacques Chirac ==
{{Citation|Sur le plan politique, le double mandat de Jacques Chirac s'était achevé sans avoir livré la clé de l'énigme : pourquoi cet homme avait-il mis autant d'énergie pour conquérir et conserver le pouvoir, alors qu'il s'employait méthodiquement à le vider de son contenu ? La pugnacité du candidat, la férocité à l'égard de ses rivaux, hors et dans son propre camp, contrastaient étrangement avec l'absence de grand dessein de l'élu à la tête de l'État. Avec lui, le domaine présidentiel s'était réduit au périmètre du [[w:Téléthon en France|Téléthon]]. Sécurité routière, lutte contre le cancer, aide aux handicapés : le quinquennat, qui lui avait échu moins qu'il ne l'avait gagné après un [[w:troisième cohabitation|septennat empêché]], devait se limiter à la promotion de ce triptyque apolitique et consensuel. <br>Par le primat concédé au diktat de la rue sur la loi votée par la représentation nationale, la présidence chiraquienne fut aussi celle de la capitulation permanente face aux manifestations [évoque la polémique du [[w:contrat première embauche|CPE]] en 2006]. Au fond, cet héritier apostat du gaullisme se sera pour l'essentiel employé à défaire l'œuvre de relèvement entreprise par le [[Charles de Gaulle|fondateur de la V{{e}} République]]. Désavoué à deux reprises par le suffrage universel [en [[w:Élections législatives françaises de 1997|1997]] et [[w:Référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe|2005]]], il se refusera chaque fois à en inférer la moindre incidence politique, s'accrochant à son trône en carton-pâte avec une constance qui n'aura d'égale que l'opiniâtreté mise à appliquer son seul et unique programme : ''I will survive''.}}
{{Réf livre|titre= [[w:La Cause du peuple (essai, 2016)|La Cause du peuple]]|auteur= [[Patrick Buisson]]|page= 191-193|éditeur= Perrin|année= 2016}}
Utilisateur anonyme