Différences entre versions de « Gilbert Keith Chesterton »

(→‎Heretics, 1905 : Ajout du traducteur)
|ISBN=978-2-84519-741-1
|page=125, 126
|chapitre=
}}
 
{{citation|
Être mêlé à une aventure, c'est être dans un milieu antipathique. Être né dans ce monde, c'est être né dans un milieu antipathique, et par conséquent être né dans une aventure. De toutes ces grandes limitations et de ces cadres qui façonnent et créent la poésie et la variété de la vie, la famille est la plus définie et la plus importante. Aussi est-elle incomprise des modernes qui s'imaginent que le roman pourrait atteindre son apogée dans un état absolu de ce qu'ils appellent liberté. Ils pensent que si un homme faisait un geste et que le soleil tombât du ciel, il réaliserait une action étonnante et romanesque. Mais ce qu'il y a de réellement étonnant et romanesque dans le soleil, c'est qu'il ne tombe pas du ciel. Ils cherchent sous toute espèce de forme un monde sans limitations, c'est-à-dire un monde sans contours, c'est-à-dire un monde sans formes. Il n'y a rien de plus bas que cette infinité. Ils disent qu'ils désirent être aussi forts que l'univers, mais en vérité ils désirent que l'univers entier soit aussi faible qu'eux.
}}
{{Réf Livre
|titre=Hérétiques
|auteur=G. K. Chesterton
|éditeur=Editions Saint-Rémi
|traducteur=Jenny S. Bradley
|année=2018
|ISBN=978-2-84519-741-1
|page=180
|chapitre=
}}
 
{{citation|
Il va sans dire que l'union n'est pas plus en soi une bonne chose que la séparation n'est une bonne chose en soi. Il est aussi absurde d'avoir un parti en faveur de l'union et un parti en faveur de la séparation que d'avoir un parti en faveur de monter un escalier et un parti en faveur de descendre l'escalier. La question n'est pas de monter ou de descendre, mais de savoir où nous allons et pourquoi nous y allons. L'union fait la force, elle fait aussi la faiblesse.
}}
{{Réf Livre
|titre=Hérétiques
|auteur=G. K. Chesterton
|éditeur=Editions Saint-Rémi
|traducteur=Jenny S. Bradley
|année=2018
|ISBN=978-2-84519-741-1
|page=236
|chapitre=
}}
 
{{citation|
Les croyances religieuses et philosophiques sont en effet, aussi dangereuses que le feu et rien ne peut leur retirer cette beauté du danger. Il n'y a qu'un seul moyen de nous garantir efficacement contre leur danger excessif, c'est d'être saturés de philosophie est trempés de religion.
}}
{{Réf Livre
|titre=Hérétiques
|auteur=G. K. Chesterton
|éditeur=Editions Saint-Rémi
|traducteur=Jenny S. Bradley
|année=2018
|ISBN=978-2-84519-741-1
|page=280
|chapitre=
}}
 
{{citation|
On allumera des feux pour attester que deux et deux font quatre. On tirera l'épée pour prouver que les feuilles sont vertes en été. Nous serons amenés à défendre non seulement les incroyables vertus de la vie humaine, mais quelque chose de plus incroyable encore, cet immense et impossible univers qui nous confronte. Nous combattrons pour des prodiges visibles comme s'ils étaient invisibles. Nous contemplerons l'herbe impossible et les cieux avec un étrange courage. Nous serons de ceux qui ont vu et qui pourtant ont cru.
}}
{{Réf Livre
|titre=Hérétiques
|auteur=G. K. Chesterton
|éditeur=Editions Saint-Rémi
|traducteur=Jenny S. Bradley
|année=2018
|ISBN=978-2-84519-741-1
|page=287
|chapitre=
}}