Différences entre les versions de « Xénophon »

1 425 octets ajoutés ,  il y a 1 an
(Mémorables)
|page= 60
|section= I 6.10
|ISBN= 978-2-251-20051-4
|traducteur= Louis-André Dorion
|collection= Le goût des idées
}}
 
{{Citation
|citation= « […] il y a une voie intermédiaire, que je m’efforce de suivre, et qui ne passe ni par le pouvoir, ni par l’esclavage, mais par la liberté, qui est la voie la plus sûre vers le bonheur. — Si cette route qui ne passe ni par le pouvoir, ni par l’esclavage, ne passait pas non plus par les hommes, tu dirais peut-être quelque chose de sensé, lui objecta Socrate. […] Ne vois-tu pas ceux qui moissonnent le blé et coupent les arbres que d’autres ont semé et plantés, et qui de toute façon assiègent les plus faibles et ceux qui ne consentent pas à les servir, jusqu’à ce qu’ils les persuadent de préférer l’esclavage à la guerre contre de plus forts qu’eux ? De même, chez les particuliers, ne sais-tu pas que les hommes courageux et puissants exploitent les hommes dépourvus de courage et de moyens, qu’ils ont réduits en esclavage ? — Certes, répondit-il, mais moi, pour ne pas subir ce sort, je ne m’enferme pas dans la citoyenneté et je suis plutôt étranger partout. » Et Socrate de répliquer : « Cette réponse est une ruse bien redoutable ![…] »
|précisions= Discussion entre [[Aristippe de Cyrène]] et Socrate.
}}
{{Réf Livre
|titre= Mémorables
|auteur= Xénophon
|éditeur= Les Belles Lettres
|année= 2015
|page= 66-67
|section= II, 1.11-14
|ISBN= 978-2-251-20051-4
|traducteur= Louis-André Dorion