« Leopold von Sacher-Masoch » : différence entre les versions

(→‎Citations sur Leopold von Sacher-Masoch : merci à Françoise Maîtresse)
 
|collection= Arguments
}}
 
{{citation|Lecteur de Schopenhauer Sacher-Masoch bâtit ses châteaux de la perversion dans un monde qu’il juge infernal. À l’origine, il y a cette réfutation de Leibniz : le monde dans lequel nous vivons n’est pas le meilleur des mondes possibles. Le monde, tel que l’envisage Sacher-Masoch, est un « legs de Cain », il est placé sous le signe du mal, du crime, de la malédiction, de la culpabilité. « La nature, écrit-il, nous a donné la destruction comme moyen d’existence. »
 
La première destruction, la première guerre, c’est celle que l’homme engage contre la femme, et réciproquement : « Ils oublient leur hostilité native dans un court moment de vertige et d’illusion pour se séparer de nouveau, plus ardents que jamais au combat. »}}{{Réf Article|auteur=Roland Jaccard|url=https://editions-verdier.fr/2013/12/31/le-monde-13-decembre-1991-par-roland-jaccard/|titre=Le Monde, 13 décembre 1991, par Roland Jaccard|date=1991-12-13|publication=Verdier|page=1}}
 
 
== Lien externe ==
7

modifications