« Vincent Delerm » : différence entre les versions

1 227 octets supprimés ,  il y a 2 ans
Première modif
(mise en page)
(Première modif)
== Citations ==
{{Citation|L'affection qu'on peut avoir pour une chanson c'est quelque chose de vraiment très intuitif. Si on commence à faire le compte effectivement du nombre de noms propres qu'il y a dans une chanson, c'est qu'elle n'est pas faite pour vous et de toutes façons je ne prétends pas faire des chansons qui sont faites pour plaire à tout le monde. Ça fait très plaisir qu'il y ait des gens qui les écoutent, mais en même temps ça fait aussi partie du jeu qu'il y ait des gens qui ne les aiment pas trop. Dans mon cas, je ne sais pas, on a vendu {{formatnum:400000}} albums, ça fait quand même beaucoup de Français qui n'ont pas le disque, donc c'est assez logique.}}
{{Réf Pub
{{Réf Pub|nom=Entretien avec Thierry Lecamp sur Europe 1
|auteurnom=Vincent Delerm
|date={{Date|9| avril|2004|à la radio}}2004
|source=https://www.europe1.fr
|source=Europe 1
|parution=
|auteur=Vincent Delerm
|précision=Interview suite à son premier album sorti en 2002}}
 
{{Citation|Les Normands aiment bien se plaindre de la laideur ou de la froideur de leur ville, c'est une sorte de tradition. [[Marcel Proust|Proust]] a écrit sur les villes qui finissent en « eux » : Dreux, Lisieux, Évreux. Il avait observé que le nom de la ville était à lui seul une promesse d'ennui terrible. Je n'ai pas vécu à Évreux, mais j'y suis né, parce que mes parents habitent non loin. Enfant, je n'y allais jamais, sauf quand j'avais rendez-vous chez le dentiste ! Dans mon souvenir, Évreux est un endroit totalement clinique. Je trouvais amusant d'y situer une séparation amoureuse lyrique, un drame sentimental d'un romantique achevé. ''Évreux'' est une de mes toutes premières chansons, la plus ancienne de toutes celles que j'ai enregistrées à ce jour.}}
{{Réf Pub
{{Réf Pub|nom=Entretien avec Sophie Delassein pour Le Nouvel Observateur
|auteurnom=Vincent Delerm}}
|date={{Date|21| septembre| 2006}}
|source=www.nouvelobs.com
|source=Nouvel Observateur}}
|parution=
|auteur=Vincent Delerm}}
 
{{Citation|Je n'aime pas qu'on parle de minimalisme… C’est juste la vie qui est comme ça et qui retient des éléments qui n'ont pas forcément l'air d'être les plus importants.}}
{{Réf Pub|nom=Entretien avec Mélanie Carpentier et Thomas Yadan pour Evene
|date={{Date|28|octobre|2006}}
|source=http://www.ww.evene.fr/
|parution=
|auteur=Vincent Delerm}}
 
{{Citation|Quand bien même il n'y aurait que des bobos dans mon public et que je ne vendrais pas un seul disque hors Paris, je ne vois pas où serait le problème. Ce n'est pas le cas, mais admettant que ça le soit, on ne va pas en prison pour ça. C'est vraiment un délit de sale gueule.}}
{{Réf Pub|nom=Entretien avec Mélanie Carpentier et Thomas Yadan pour Evene
|date={{Date|28|octobre|2006}}
|source=http://www.ww.evene.fr/
|parution=
|auteur=Vincent Delerm}}
 
{{Citation|Je ne me considère pas comme un chanteur socialement engagé. Je n'ai pas de leçon à donner. Ce n'est pas le but de mes chansons.}}
{{Réf Pub|auteurnom=Vincent Delerm}}
{{Réf Pub|nom=Entretien avec Gaelle Le Franc et Laure Nouraout pour Le Petit Journal (Barcelone)
|date={{Date|7| novembre| 2006}}
|source=Le Petit Journal}}
|source=https://lepetitjournal.com
|parution=
|auteur=Vincent Delerm}}
 
{{Citation|Il y a un truc très affectif dans la chanson, comme dans le rire. On dit que ce sont les gens que l'on aime bien qui nous font rire. Je crois que la chanson porte ça aussi. Tu ne peux pas aimer un chanteur en l'admirant froidement. Il faut qu'il nous touche.}}
{{Réf Pub|nom=EntretienVincent avec Fabien Perrier pour L'HumanitéDelerm
|date={{Date|5| décembre| 2006}}
|source=https://www.humanite.fr Humanité}}
|parution=
|auteur=Vincent Delerm}}
 
{{citation|Avant, les gens avaient des flirts de deux mois et un mari pour quarante ans. Maintenant, à trente ans, on a déjà eu deux, trois histoires d'amour signifiantes qui ont duré. Je préfère ces expériences aux chansons de séparation, qui me semblent assez faciles. Le pauvre auteur, il souffre ! Alors, personne n'ose dire quand c'est raté ! (rires)}}
2 568

modifications