Différences entre les versions de « Philippe Descola »

(+photo)
 
{{citation
|citation=De ces deux façons très contrastées de traiter la nature, Haudricourt disait qu'on les retrouve aussi dans le traitement politique des humains. L'idéal du souverain comme bon pasteur s'est en effet développé en Occident, tant dans la philosophie grecque ancienne que dans que dans l'idéologie politique des empires circumméditerranéens et jusque dans la Bible. Alors que de l'autre côté, en Asie et en Océanie, tant dans la philosophie confucéenne que dans l'idéologie politique des chefferies mélanesiennesmélanésiennes, il s'agit au contraire de favoriser l'avènement des choses, de construire le consensus par une discussion avec chacun, et de ne pas imposer un point de vue arbitraire. (...) Ce n'est donc pas un système technique qui va déterminer un système social, mais pas non plus un système social qui va influencer sur le rapport à la nature : c'est un mouvement simultané vers des humains et des non-humains, qui sont simplement traités de la même façon, à travers des schèmes transversaux.
|précisions=Philippe Descola évoque l'importance d'André-George Haudricourt pour sa propre théorisation des rapports entre l'humain et le non-humain ; ce qui l'a incité à redéfinir le totémisme et l'animisme.
}}
 
{{citation
|citation=Les intuitions de base des modes d'identification sont universelles, mais leur systématisation ne l'est pas. Parler à votre chat relève d'une intuition animique, mais ne fait pas de vous un animiste ; consulter votre horoscope est un réflexe typiquement analogique, mais ne fait pas de vous un analogismeanalogiste.
|précisions=Philippe Descola théorise les quatre mode d'identification dans ''Par-delà nature et culture'', qui sont aussi quatre rapports entre l'intériorité et le monde physique. Il s'agit du naturalisme, de l'analogisme, de l'animisme et du totémisme.
}}
143

modifications