Différences entre les versions de « Philippe Descola »

98 octets supprimés ,  il y a 1 an
aucun résumé de modification
 
== ''La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier'', 2014 ==
{{Citation|citation=Le défaut apparent d'institutions structurantes, l'anarchie politique, pouvait être l'envers d'une attitude qui étendait la sociabilité bien au-delà des frontières de l'humanité comme espèce. C'est avec cette intuition encore vague que je partis en Amazonie équatorienne étudier les rapports à l'environnement des Achuar, la dernière grande tribu jivaro qui n'avait pas encore été l'objet d'une enquête ethnographique approfondie.}}
{{citation
|citation=Le défaut apparent d'institutions structurantes, l'anarchie politique, pouvait être l'envers d'une attitude qui étendait la sociabilité bien au-delà des frontières de l'humanité comme espèce. C'est avec cette intuition encore vague que je partis en Amazonie équatorienne étudier les rapports à l'environnement des Achuar, la dernière grande tribu jivaro qui n'avait pas encore été l'objet d'une enquête ethnographique approfondie.
|précisions=
}}
{{Réf Livre
|titre=La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier
}}
 
{{Citation|citation=Au fond, le seul véritable lévi-straussien, celui qui a le mieux compris et le mieux expliqué le structuralisme en anthropologie, était quelqu'un qui a toujours eu un statut un peu marginal dans son entourage, Jean Pouillon. (...) Il était rédacteur à l'Assemblée nationale, son véritable métier, et il n'a jamais cessé d’œuvrer à une clarification des malentendus entre existentialisme et structuralisme, avec l'espoir que l'opposition entre praxis et structure puisse être un jour dépassée au sein d'une totalisation plus vaste qui rendrait leurs rapports enfin pleinement intelligibles. Ce programme est toujours d'actualité ; je dirai même qu'il est le seul qui vaille dans les sciences sociales.}}
{{citation
|citation=Au fond, le seul véritable lévi-straussien, celui qui a le mieux compris et le mieux expliqué le structuralisme en anthropologie, était quelqu'un qui a toujours eu un statut un peu marginal dans son entourage, Jean Pouillon. (...) Il était rédacteur à l'Assemblée nationale, son véritable métier, et il n'a jamais cessé d’œuvrer à une clarification des malentendus entre existentialisme et structuralisme, avec l'espoir que l'opposition entre praxis et structure puisse être un jour dépassée au sein d'une totalisation plus vaste qui rendrait leurs rapports enfin pleinement intelligibles. Ce programme est toujours d'actualité ; je dirai même qu'il est le seul qui vaille dans les sciences sociales.
|précisions=
}}
{{Réf Livre
|titre=La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier
}}
 
{{Citation|citation=De ces deux façons très contrastées de traiter la nature, Haudricourt disait qu'on les retrouve aussi dans le traitement politique des humains. L'idéal du souverain comme bon pasteur s'est en effet développé en Occident, tant dans la philosophie grecque ancienne que dans que dans l'idéologie politique des empires circumméditerranéens et jusque dans la Bible. Alors que de l'autre côté, en Asie et en Océanie, tant dans la philosophie confucéenne que dans l'idéologie politique des chefferies mélanésiennes, il s'agit au contraire de favoriser l'avènement des choses, de construire le consensus par une discussion avec chacun, et de ne pas imposer un point de vue arbitraire. (...) Ce n'est donc pas un système technique qui va déterminer un système social, mais pas non plus un système social qui va influencer sur le rapport à la nature : c'est un mouvement simultané vers des humains et des non-humains, qui sont simplement traités de la même façon, à travers des schèmes transversaux.
{{citation
|précisions=Philippe Descola évoque l'importance d'André-George Haudricourt pour sa propre théorisation des rapports entre l'humain et le non-humain ; ce qui l'a incité à redéfinir le totémisme et l'animisme. }}
|citation=De ces deux façons très contrastées de traiter la nature, Haudricourt disait qu'on les retrouve aussi dans le traitement politique des humains. L'idéal du souverain comme bon pasteur s'est en effet développé en Occident, tant dans la philosophie grecque ancienne que dans que dans l'idéologie politique des empires circumméditerranéens et jusque dans la Bible. Alors que de l'autre côté, en Asie et en Océanie, tant dans la philosophie confucéenne que dans l'idéologie politique des chefferies mélanésiennes, il s'agit au contraire de favoriser l'avènement des choses, de construire le consensus par une discussion avec chacun, et de ne pas imposer un point de vue arbitraire. (...) Ce n'est donc pas un système technique qui va déterminer un système social, mais pas non plus un système social qui va influencer sur le rapport à la nature : c'est un mouvement simultané vers des humains et des non-humains, qui sont simplement traités de la même façon, à travers des schèmes transversaux.
|précisions=Philippe Descola évoque l'importance d'André-George Haudricourt pour sa propre théorisation des rapports entre l'humain et le non-humain ; ce qui l'a incité à redéfinir le totémisme et l'animisme.
}}
{{Réf Livre
|titre=La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier
}}
 
{{Citation|citation=On peut en effet concevoir un système où l'intériorité ne serait plus conçue comme un bloc, comme la propriété distinctive d'un être absolument différent des autres. Au contraire, une intériorité évanescente et pluralisée serait distribuée dans l'ensemble des choses, sur fond d'une physicalité toujours universelle de manière assez similaire à ce qu'on observe dans l'analogisme. Ce nouvel analogisme se caractériserait ainsi par la diffraction de la valeur autrefois accordée à l'intériorité humaine dans une gamme d'êtres plus large, plus ouverte, comprenant des non-humains, mais où la méthode scientifique est fondée sur l'universalité des lois de la matière serait toujours valide.}}
{{citation
|citation=On peut en effet concevoir un système où l'intériorité ne serait plus conçue comme un bloc, comme la propriété distinctive d'un être absolument différent des autres. Au contraire, une intériorité évanescente et pluralisée serait distribuée dans l'ensemble des choses, sur fond d'une physicalité toujours universelle de manière assez similaire à ce qu'on observe dans l'analogisme. Ce nouvel analogisme se caractériserait ainsi par la diffraction de la valeur autrefois accordée à l'intériorité humaine dans une gamme d'êtres plus large, plus ouverte, comprenant des non-humains, mais où la méthode scientifique est fondée sur l'universalité des lois de la matière serait toujours valide.
|précisions=
}}
{{Réf Livre
|titre=La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier
}}
 
{{Citation|citation=Les intuitions de base des modes d'identification sont universelles, mais leur systématisation ne l'est pas. Parler à votre chat relève d'une intuition animique, mais ne fait pas de vous un animiste ; consulter votre horoscope est un réflexe typiquement analogique, mais ne fait pas de vous un analogiste.
{{citation
|précisions=Philippe Descola théorise les quatre mode d'identification dans ''Par-delà nature et culture'', qui sont aussi quatre rapports entre l'intériorité et le monde physique. Il s'agit du naturalisme, de l'analogisme, de l'animisme et du totémisme.}}
|citation=Les intuitions de base des modes d'identification sont universelles, mais leur systématisation ne l'est pas. Parler à votre chat relève d'une intuition animique, mais ne fait pas de vous un animiste ; consulter votre horoscope est un réflexe typiquement analogique, mais ne fait pas de vous un analogiste.
|précisions=Philippe Descola théorise les quatre mode d'identification dans ''Par-delà nature et culture'', qui sont aussi quatre rapports entre l'intériorité et le monde physique. Il s'agit du naturalisme, de l'analogisme, de l'animisme et du totémisme.
}}
{{Réf Livre
|titre=La composition des mondes : entretiens avec Pierre Charbonnier
Utilisateur anonyme