« Bibliothèque d'Alexandrie » : différence entre les versions

(+citations)
(→‎Gérard de Nerval : +citations)
|section=tome III. Voyage en Orient, appendice XIII. Les arts à Constantinople et chez les Orientaux
|url=https://fr.wikisource.org/wiki/Voyage_en_Orient_(Nerval)/Appendice/XIII}}
 
{{citation|La célèbre bibliothèque d’Alexandrie n’était ouverte qu’aux savants ou aux poëtes connus par des ouvrages d’un mérite quelconque. Mais aussi l’hospitalité y était complète, et ceux qui venaient y consulter les auteurs étaient logés et nourris gratuitement pendant tout le temps qu’il leur plaisait d’y séjourner.
}}
{{Réf Livre
|titre= Les Filles du feu
|auteur= [[Gérard de Nerval]]
|éditeur= Michel Lévy frères
|collection=
|année= 1856
|page =8-9
|section=Angélique. Première lettre.
|url=https://fr.wikisource.org/wiki/Ang%C3%A9lique}}
 
{{citation|Et à ce propos, — permettez à un voyageur qui en a foulé les débris et interrogé les souvenirs, de venger la mémoire de l’illustre calife Omar de cet éternel incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, qu’on lui reproche communément. Omar n’a jamais mis le pied à Alexandrie, — quoi qu’en aient dit bien des académiciens. Il n’a pas même eu d’ordres à envoyer sur ce point à son lieutenant Amrou. — La bibliothèque d’Alexandrie et le Serapéon, ou maison de secours, qui en faisait partie, avaient été brûlés et détruits au quatrième siècle par les chrétiens, — qui, en outre, massacrèrent dans les rues la célèbre Hypatie, philosophe pythagoricienne. Ce sont là, sans doute, des excès qu’on ne peut reprocher à la religion, — mais il est bon de laver du reproche d’ignorance ces malheureux Arabes dont les traductions nous ont conservé les merveilles de la philosophie, de la médecine et des sciences grecques, en y ajoutant leurs propres travaux, — qui sans cesse perçaient de vifs rayons la brume obstinée des époques féodales.}}
{{Réf Livre
|titre= Les Filles du feu
|auteur= [[Gérard de Nerval]]
|éditeur= Michel Lévy frères
|collection=
|année= 1856
|page =9
|section=Angélique. Première lettre.
|url=https://fr.wikisource.org/wiki/Ang%C3%A9lique}}
 
== Voltaire ==