« Paul Watzlawick » : différence entre les versions

2 622 octets ajoutés ,  il y a 1 an
m
m (→‎La Réalité de la réalité, 1978 : titre anglais + comp. infos biblio)
|auteur=Paul Watzlawick
|page=13
|année=1978
|éditeur=Éditions du Seuil
|collection=Points
|ISBN=978-2-7578-4112-9
|année d'origine=1976
|traducteur=Edgar Roskis}}
 
 
{{citation|citation=1. Si un individu est puni d'une perception correcte du monde extérieur ou de lui-même par un autre individu significatif (par exemple un enfant par l'un de ses parents), il apprendra à douter des données que lui fournissent ses sens. Une telle situation se produit, disons, quand un père alcoolique exige de ses enfants qu'ils le considèrent comme un père doux et aimant, même ou particulièrement lorsqu'il rentre ivre à la maison et les menace tous avec violence. Les enfants sont ainsi contraints de percevoir la réalité non telle qu'elle se présente à eux, mais telle que leur père la leur définit. Une personne qui a été exposée de façon répétée à ce type de confusion trouvera très difficile d'adopter une attitude appropriée dans beaucoup de situations de la vie et pourra passer un temps démesuré à essayer de voir comment il « doit » voir la réalité. Examiné hors de son contexte interpersonnel, son comportement satisferait les critères diagnostiques de la schizophrénie.
 
 
2. Si un individu attend d'un autre qu'il ait des sentiments différents de ceux qu'il éprouve réellement, ce dernier finira par se sentir coupable de ne pouvoir ressentir ce qu'on lui dit devoir être ressenti pour être approuvé par l'autre personne. Cette culpabilité elle-même pourra être rangée parmi les sentiments qui lui sont interdits. Il se produit très fréquemment un dilemne de ce genre quand la tristesse (la déception ou la lassitude) normale et occasionnelle d'un enfant est interprétée par les parents comme l'imputation silencieuse d'un échec parental. La réaction caractéristique des parents est le message : « Après tout ce que nous avons fait pour toi, tu devrais t'estimer heureux. » La tristesse se trouve ainsi associée au mal et à l'ingratitude. L'enfant, dans ses vaines tentatives de ne pas se sentir malheureux, engendre un comportement qui, examiné hors contexte, satisfait les critères diagnostiques de la dépression. La dépression survient aussi lorsqu'un individu se sent ou est tenu responsable de quelque chose sur quoi il n'a aucune emprise (par exemple un conflit conjugal entre son père et sa mère, la maladie ou l'échec d'un parent ou d'un frère ou sa propre incapacité à répondre aux attentes parentales qui excèdent ses ressources physiques et/ou émotionnelles).}}
{{Réf Livre|titre=La Réalité de la réalité
|auteur=Paul Watzlawick
|page=27-28
|chapitre=2. Paradoxes
|année=1978
|éditeur=Éditions du Seuil
360

modifications