Différences entre les versions de « Arthur Schopenhauer »

m
→‎Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison : +sections : livres II (je suppose), IV (+ section 'Livre :', en attendant) + cleaning
m (→‎Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison : +sections : livres II (je suppose), IV (+ section 'Livre :', en attendant) + cleaning)
 
== ''Le Monde comme volonté et comme représentation'' (''{{Lang|de|Die Welt als Wille und Vorstellung}}''), 1818-1819 (Tome I) et 1844 (Tome II) ==
 
=== ''Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison'' ===
 
{{citation|citation=Ce qui connaît tout et n'est connu par personne, c'est le SUJET. C'est par suite le support du monde, la condition générale, toujours présupposée, de tout ce qui se manifeste, de tout objet : car ce qui existe n'existe jamais que pour un sujet. Chacun se trouve être soi-même ce sujet, mais seulement en tant qu'il connaît, et non pas en tant qu'objet de connaissance. Objet, son corps l'est déjà, que nous nommons donc, de ce point de vue, représentation. Car le corps est un objet parmi les objets, soumis aux lois des objets, bien qu'il soit un objet immédiat. Comme tous les objets de l'intuiton, il réside dans les formes de toute connaissance, dans le temps et l'espace, conditions d'existence de la multiplicité. Mais le sujet, ce qui connaît, mais n'est jamais connu, ne réside pas même dans ces formes, qui, au contraire, le présupposent toujours déjà. Ni la multiplicité ni l'unité, son contraire, ne s'appliquent à lui. Nous ne le connaissons jamais, mais il est justement ce qui connaît, là où il n'en va que de la connaissance.}}
{{Réf Livre
|page=86
|section=§ 4
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=89
|section=§ 4
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=91
|section=§ 4
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=100
|section=§ 5
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=106
|section=§ 6
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=107
|section=§ 6
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=118-119
|section=§ 7
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=122
|section=§ 7
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=124
|section=§ 7
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=148-149
|section=§ 9
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=161-162
|section=§ 10
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
|page=177-178
|section=§ 13
|partie=Livre I. Le monde comme représentation soumise au principe de raison
|tome=I
|année=2009
}}
 
=== ''Livre II : Le monde comme volonté. L'objectivation de la volonté'' ===
 
{{citation|Celui qui se donne la mort voudrait vivre; il n'est mécontent que des conditions dans lesquelles la vie lui est échue.}}
{{Réf livre|titre=Le Monde comme volonté et comme représentation
|année=1978
|éditeur=Presses universitaires de France}}
 
=== ''Livre IV : Le monde comme volonté. Affirmation et négation de la volonté'' ===
 
 
{{citation|Tout homme blanc est un homme décoloré.}}
|s=Le Monde comme volonté et comme représentation
|page=358}}
 
=== ''Livre : ''===
 
{{citation|Que l'on considère, par exemple, le Coran ; ce méchant livre a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire, pendant douze cent ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d'hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d'affronter des guerres sanglantes, et d'entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous y trouvons la plus triste et la plus pauvre forme du théisme. Peut-être le sens nous en échappe-t-il en grande partie dans les traductions. Cependant je n'ai pas pu y découvrir une seule idée un peu profonde.}}
360

modifications