Différences entre les versions de « Iliade »

2 656 octets ajoutés ,  il y a 10 mois
ajouts
(ajouts)
(ajouts)
|page=125
|section=chant III, vers 156-158
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant IV ===
{{citation|Un jour viendra où elle périra, la sainte Ilion, et Priam, et le peuple de Priam à la bonne pique.
|original=<poem>Ἔσσεται ἦμαρ ὅτ' ἄν ποτ' ὀλώλῃ Ἴλιος ἱρὴ
καὶ Πρίαμος καὶ λαὸς ἐϋμμελίω Πριάμοιο. </poem>
|langue=grc
|précisions=Agamemnon}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|page=157
|section=chant IV, vers 164-165
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Mais les dieux aux hommes n'octroient pas tout à la fois.
|original=<poem>Ἀλλ' οὔ πως ἅμα πάντα θεοὶ δόσαν ἀνθρώποισιν. </poem>
|langue=grc
|précisions=Nestor}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|page=169
|section=chant IV, vers 320
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|L'ingénieux Ulysse sur lui lève un oeil sombre et dit : "Atride, quel mot s'est ézchappé de l'enclos de tes dents ?"
|original=<poem>Τὸν δ' ἄρ' ὑπόδρα ἰδὼν προσέφη πολύμητις Ὀδυσσεύς·
Ἀτρεΐδη ποῖόν σε ἔπος φύγεν ἕρκος ὀδόντων. </poem>
|langue=grc
|précisions=Nestor}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|page=171
|section=chant IV, vers 350-351
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Allons ! nous règlerons plus tard l'affaire à l'amiable, si quelque mot fâcheux a été prononcé. Mais, bien plutôt, fassent les dieux que tout cela s'en aille au vent !
|original=<poem></poem>
|langue=grc
|précisions=Agamemnon}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|page=171
|section=chant IV, vers 362-363
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Une fois de plus, elle vient jeter au milieu de tous l'esprit de querelle, qui n'épargne personne, allant et venant à travers la foule, partout faisant grandir la plainte humaine.
|original=<poem></poem>
|langue=grc
|précisions=Au sujet de la déesse Éris (Discorde), sœur et compagne d'Arès.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|page=177
|section=chant IV, vers 444-445
|s=L'Iliade
}}