Différences entre les versions de « Iliade »

2 144 octets ajoutés ,  il y a 10 mois
ajouts
(ajouts)
(ajouts)
|page=273
|section=chant XIV, vers 231
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XV ===
 
{{citation|Quand les guerriers ont le sens de la honte, il est parmi eux bien plus de sauvés que de tués. S'ils fuient au contraire, nulle gloire pour eux ne se lève, nul secours non plus.
|original=<poem>Αἰδομένων δ' ἀνδρῶν πλέονες σόοι ἠὲ πέφανται·
φευγόντων δ' οὔτ' ἂρ κλέος ὄρνυται οὔτέ τις ἀλκή. </poem>
|langue=grc
|précisions=Ajax fils de Télamon}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=2 (chants IX à XVI)
|page=335
|section=chant XV, vers 563-564
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XVI ===
{{citation|Les bras décident de la guerre, comme les paroles au Conseil.
|original=<poem>Ἐν γὰρ χερσὶ τέλος πολέμου, ἐπέων δ' ἐνὶ βουλῇ. </poem>
|langue=grc
|précisions=Patrocle}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=2 (chants IX à XVI)
|page=391
|section=chant XVI, vers 630
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Mais le vouloir de Zeus toujours est plus fort que celui d'un mortel.
|original=<poem>Ἀλλ' αἰεί τε Διὸς κρείσσων νόος ἠέ περ ἀνδρῶν. </poem>
|langue=grc
|précisions=}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=2 (chants IX à XVI)
|page=395
|section=chant XVI, vers 688
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XVII ===
{{citation|Le plus sot s'instruit par l'événement.
|original=<poem>Ῥεχθὲν δέ τε νήπιος ἔγνω. </poem>
|langue=grc
|précisions=Ménélas}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=5
|section=chant XVII, vers 32
|s=L'Iliade
}}