Différences entre les versions de « Iliade »

6 923 octets ajoutés ,  il y a 10 mois
ajouts
(→‎Chant XIII : corr syntaxe wiki)
(ajouts)
|page=5
|section=chant XVII, vers 32
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XVIII ===
{{citation|Ah ! qu'il périsse donc, chez les dieux comme chez les hommes, cet esprit de querelle, ce courroux, qui induit l'homme en fureur, pour raisonnable qu'il puisse être, et qui semble plus doux que miel sur la langue, quand, dans une poitrine humaine, il monte comme une fumée !
|original=<poem>Ὡς ἔρις ἔκ τε θεῶν ἔκ τ' ἀνθρώπων ἀπόλοιτο
καὶ χόλος, ὅς τ' ἐφέηκε πολύφρονά περ χαλεπῆναι,
ὅς τε πολὺ γλυκίων μέλιτος καταλειβομένοιο
ἀνδρῶν ἐν στήθεσσιν ἀέξεται ἠΰτε καπνός.</poem>
|langue=grc
|précisions=Achille}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=65
|section=chant XVIII, vers 107-110
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XIX ===
{{citation|Le Ciel seul achève tout.
|original=<poem>Θεὸς διὰ πάντα τελευτᾷ. </poem>
|langue=grc
|précisions=Agamemnon}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=111
|section=chant XIX, vers 90
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Il n'est pas de guerrier qui puisse affronter le combat une journée entière, jusqu'au soleil couché, s'il n'a goûté au pain.
|original=<poem>Οὐ γὰρ ἀνὴρ πρόπαν ἦμαρ ἐς ἠέλιον καταδύντα
ἄκμηνος σίτοιο δυνήσεται ἄντα μάχεσθαι. </poem>
|langue=grc
|précisions=Ulysse}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=117
|section=chant XIX, vers 162-163
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XX ===
{{citation|Le langage des hommes est souple ; on y trouve propos de tout genre ; il forme un riche fonds de mots, dans un sens comme dans l'autre.
|original=<poem>Στρεπτὴ δὲ γλῶσσ' ἐστὶ βροτῶν, πολέες δ' ἔνι μῦθοι
παντοῖοι, ἐπέων δὲ πολὺς νομὸς ἔνθα καὶ ἔνθα. </poem>
|langue=grc
|précisions=Énée, à Achille.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=153
|section=chant XX, vers 248-249
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XXI ===
{{citation|Ébranleur du sol, tu me dirais que j'ai l'esprit atteint, si je partais en guerre contre toi pour de pauvres humains, pareils à des feuilles, qui tantôt vivent pleins d'éclat, en mangeant le fruit de la terre, et tantôt se consument et tombent au néant.
|original=<poem>Ἐννοσίγαι' οὐκ ἄν με σαόφρονα μυθήσαιο
ἔμμεναι, εἰ δὴ σοί γε βροτῶν ἕνεκα πτολεμίξω
δειλῶν, οἳ φύλλοισιν ἐοικότες ἄλλοτε μέν τε
ζαφλεγέες τελέθουσιν ἀρούρης καρπὸν ἔδοντες,
ἄλλοτε δὲ φθινύθουσιν ἀκήριοι. </poem>
|langue=grc
|précisions=Apollon, à Poséidon.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=205
|section=chant XXI, vers 462-466
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XXII ===
{{citation|Il n'est pas de pacte loyal entre les hommes et les lions, pas plus que loups ni agneaux n'ont de cœurs faits pour s'accorder.
|original=<poem>Ὡς οὐκ ἔστι λέουσι καὶ ἀνδράσιν ὅρκια πιστά,
οὐδὲ λύκοι τε καὶ ἄρνες ὁμόφρονα θυμὸν ἔχουσιν. </poem>
|langue=grc
|précisions=Achille, à Hector.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=237
|section=chant XXII, vers 262-263
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|Et voici maintenant le Destin qui me tient. Eh bien ! non, je n'entends pas mourir sans lutte ni sans gloire, ni sans quelque haut fait, dont le récit parvienne aux hommes à venir.
|original=<poem>Νῦν αὖτέ με μοῖρα κιχάνει.
μὴ μὰν ἀσπουδί γε καὶ ἀκλειῶς ἀπολοίμην,
ἀλλὰ μέγα ῥέξας τι καὶ ἐσσομένοισι πυθέσθαι. </poem>
|langue=grc
|précisions=Hector}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=239
|section=chant XXII, vers 303-305
|s=L'Iliade
}}
 
=== Chant XXIII ===
{{citation|Ah ! point de doute, je ne sais quoi vit encore chez Hadès, une âme, une ombre, mais où n'habite plus l'esprit.
|original=<poem>Ὢ πόποι ἦ ῥά τίς ἐστι καὶ εἰν Ἀΐδαο δόμοισι
ψυχὴ καὶ εἴδωλον, ἀτὰρ φρένες οὐκ ἔνι πάμπαν. </poem>
|langue=grc
|précisions=Achille, après avoir vu en rêve l'ombre du défunt Patrocle.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=265
|section=chant XXIII, vers 103-104
|s=L'Iliade
}}
 
{{citation|C'est l'idée qui fait le bon bûcheron, ce n'est pas la force. C'est l'idée qui permet au pilot sur la mer lie de vin de diriger la nef rapide toute secouée des vents. C'est l'idée qui fait qu'un cocher l'emporte sur un autre cocher.
|original=<poem>Μήτι τοι δρυτόμος μέγ' ἀμείνων ἠὲ βίηφι·
μήτι δ' αὖτε κυβερνήτης ἐνὶ οἴνοπι πόντῳ
νῆα θοὴν ἰθύνει ἐρεχθομένην ἀνέμοισι·
μήτι δ' ἡνίοχος περιγίγνεται ἡνιόχοιο. </poem>
|langue=grc
|précisions=Conseils de Nestor à son fils Antiloque qui s'apprête à prendre part à une course de chars pendant les jeux funèbres en l'honneur de Patrocle. Nestor met en avant la ''mètis'', c'est-à-dire l'intelligence rusée.}}
{{Réf Livre
|auteur=Homère
|éditeur=Les Belles Lettres
|collection=Classiques en poche
|titre=L'Iliade
|année=1937-38 (traduction), 1998 (édition)
|traducteur=Paul Mazon
|tome=3 (chants XVII à XXIV)
|page=281
|section=chant XXIII, vers 315-318
|s=L'Iliade
}}