Différences entre les versions de « L'homme sans qualités »

m
m (→‎Tome I, 1930 : LHSQ, 62-63 (cacanie, image), 67-68 (ingénieur + image), 71-72 (mathématiques, sciences))
|année d'origine=1930}}
 
[[Image:Imperial Coat of Arms of the Empire of Austria.svg|thumb|ArmoirieArmoiries de l'[[Autriche-Hongrie]], 1866-1915]]
{{citation|Sur cette Cacanie maintenant engloutie, que de choses curieuses seraient à dire ! Elle était, par exemple, ''kaiserlich-königlich'' (impériale-royale) et aussi bien ''kaiserlich und königlich'' (impériale et royale) ; il n'était chose ni personne qui ne fût affecté là-bas d'un de ces deux sigles , ''k. k'' ou ''k. u. k.'' ; il n'en fallait pas moins disposer d'une science secrète pour pouvoir décider à coup sûr quelles institutions et quels hommes pouvaient être dits ''k. k.'' et quels autres ''k. u. k.''. Elle s'appelait par écrit Monarchie austro-hongroise, et se faisait appeler, oralement, l'Autriche : nom qu'elle avait officiellement et solennellement abjuré, mais conservait dans les affaires de cœur, comme pour prouver que les sentiments ont autant d'importance que le droit public, et que les prescriptions n'ont rien à voir avec le sérieux de la vie. La Constitution était libérale, mais le régime clérical. Le régime était clérical, mais les habitants libres penseurs. Tous les bourgeois étaient égaux devant la loi, mais justement, tous n'étaient pas bourgeois. Le Parlement faisait de sa liberté un usage si impétueux qu'on préférait d'ordinaire le tenir fermé ; mais l'on avait aussi une loi d'exception qui permettait de se passer du Parlement ; et chaque fois que l'État tout entier se préparait à jouir des bienfaits de l'absolutisme, la Couronne décrétait qu'on allait recommencer à vivre sous le régime parlementaire.}}
{{Réf Livre|titre=L'Homme sans qualités
360

modifications