« Vérité » : différence entre les versions

3 071 octets ajoutés ,  il y a 1 an
+
(+)
{{citation|Pour que nous ayons quelque garantie d'être du même avis, sur une idée particulière, il faut, pour le moins, que nous n'ayons pas été du même avis. Deux hommes, s'ils veulent s'entendre vraiment, ont dû d'abord se contredire. La vérité est fille de la discussion, non pas fille de la sympathie.}}
{{Réf Livre|titre=La Philosophie du non|auteur=Gaston Bachelard|éditeur=PUF|année=1962|page=134}}
 
== [[Aurélien Barrau]] ==
{{citation|Il est difficile, et peut-être inutile, de définir ce qu’est exactement la science. Elle n’est évidemment pas la recherche de la Vérité. De la Vérité « majuscule », de la vérité unique et absolue. La seule chose que l’on sache avec certitude d’une proposition scientifique est, précisément, qu’elle est fausse. Nécessairement. Par définition de la démarche scientifique, toute posture, tout paradigme, sera un jour remplacé par un meilleur cadre, jugé plus adéquat. Aucun énoncé scientifique – à la différence, par exemple, d’un énoncé théologique – ne peut prétendre à une justesse absolue. Ce perpétuel mouvement qui ôte à la physique toute possibilité d’accès à une vérité totale et englobante est définitoire de la science. La science ne dit pas le Vrai. Pourtant, la physique n’énonce évidemment pas non plus « n’importe quoi ».}}
{{Réf Livre
| titre = Big bang et au-delà :
| auteur = Aurélien Barrau
| éditeur = Dunod
| année = 2015
| page = 41
| chapitre = Les fondements observationnels du big-bang
| ISBN = 978-2-10-074494-7
| année d'origine = 2013
| collection = Quai des sciences
}}
{{Choisie citation du jour
|puce=*
|année=2021
|mois=mai
|jour=2
|commentaire=
}}
 
{{citation|citation=La question de la vérité en science – et au-delà des sciences – est évidemment abyssale. Elle est outrageusement inatteignable. Elle suscite parfois crispations et exaspérations. Les avis sont souvent tranchés et rarement argumentés. Entreprendre d’y répondre, ce serait déjà faire preuve d’une arrogance présomptueuse. Mais se contenter de l’interroger conduirait sans doute à s’enfermer dans un simple jeu rhétorique dont l’insuffisance est plus évidente encore. Sans doute faut-il donc la travailler, la mettre en situation, la déconstruire, la pousser dans ses retranchements.}}
{{Réf Livre
| titre = De la vérité dans les sciences
| auteur = Aurélien Barrau
| éditeur = Dunod
| année = 2016
| page = 7
}}
 
{{citation|citation=[[Descartes]], c'est l’inventeur du doute. D'un doute très particulier et très systématique. Un doute érigé, pourrait-on dire, en méthode. Il creuse ainsi une fissure remarquable dans l'histoire d’une philosophie probablement trop convaincue de la certitude de son accès à l'en-soi du réel. Mais Descartes c’est aussi une solution, le cogito, le « je pense donc je suis ». Il constitue pour lui la vérité première, ce qui échappe à l'indécision.}}
{{Réf Livre
| titre = De la vérité dans les sciences
| auteur = Aurélien Barrau
| éditeur = Dunod
| année = 2016
| page = 9
}}
 
{{citation|citation=La science est indéfinissable. La vérité est inaccessible. Mais elles partagent, au moins, cette capacité à générer cet état d’être si essentiel et élégant que le poète [[Fernando Pessoa]] nomme l’« intranquilité ».}}
{{Réf Livre
| titre = De la vérité dans les sciences
| auteur = Aurélien Barrau
| éditeur = Dunod
| année = 2016
| page = 85
}}
 
== [[Christian Bobin]]==
7 247

modifications