« Jean-Claude Mézières » : différence entre les versions

2 101 octets ajoutés ,  il y a 10 mois
ajouts
(ajout)
(ajouts)
{{citation|citation=C'est simple : je voulais être cow-boy et dessinateur de bandes dessinées. J'ai pas trop mal réussi (rires) !...
|précisions=}}
{{Réf Article
|titre=Interview de Mézières
|auteur=Jean-Claude Mézières
|publication=DBD
|date=2002
|page=url
|numéro=12
|url=https://www.noosfere.org/mezieres/pages/bio/itw1T.asp
}}
 
{{citation|citation=Ce qui était essentiel en fait, c'est que nous étions payés pour faire des progrès ! Ce n'est plus le cas maintenant. Aujourd'hui, les jeunes auteurs doivent être nettement plus aboutis pour espérer signer un contrat d'album, et faire leurs preuves.
|précisions=Au sujet de ses premières publications dans ''Le Journal des jeunes'', ''Cœurs vaillants'' et ''Fripounet''.}}
{{Réf Article
|titre=Interview de Mézières
|auteur=Jean-Claude Mézières
|publication=DBD
|date=2002
|page=url
|numéro=12
|url=https://www.noosfere.org/mezieres/pages/bio/itw1T.asp
}}
 
{{citation|citation=Moi, je ne m'intéresse pas au dessin seul (je rencontre d'ailleurs des tas de gens qui dessinent beaucoup mieux que moi), mais je sais exactement si un dessin raconte ce qu'il doit raconter. Je trouve d'ailleurs que beaucoup de grands professionnels ne sont pas assez lucides sur ce problème. Il faut montrer ce qui est nécessaire au récit et pas seulement se faire plaisir graphiquement. Il n'y a pas de règles. On ne peut pas définir ce qui fait une bonne mise en scène ou ce qui permet de bien mener un récit. Il faut voir au cas par cas. A petites doses, c'est passionnant.
|précisions=À propos de ses ateliers de bande dessinée assurés pour Canal Choc dans les années 1970.}}
{{Réf Article
|titre=Interview de Mézières
|auteur=Jean-Claude Mézières
|publication=DBD
|date=2002
|page=url
|numéro=12
|url=https://www.noosfere.org/mezieres/pages/bio/itw1T.asp
}}
 
{{citation|citation=Garçon vacher, c'est vraiment journalier agricole. Même si ce que j'ai fait, je l'ai fait avec énormément de plaisir, je n'ai pas les mains, je n'ai pas la carrure... C'est un métier très dur. Il faut être né là-bas. Mais c'est une expérience extraordinaire, qui m'a profondément marqué.
|précisions=Au sujet de son expérience en tant que ''cow boy'' aux États-Unis en 1695-66.}}
{{Réf Article
|titre=Interview de Mézières