Différences entre versions de « Léon Bloy »

1 588 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
 
== ''Le Mendiant ingrat'', 1892-1895 ==
 
{{citation|citation= [A propos du ''Christ aux outrages'' d’Henry de Groux] La renommée devait donc emboucher toutes ses trompettes et crever pour lui tous ses tambours.}}
{{Réf Livre
|titre=Le Mendiant ingrat – 1892-1895
|auteur=Léon Bloy
|éditeur=Robert Laffont
|collection=Bouquins
|année=1999
|page=7}}
 
{{citation|citation= Il n’est rien au monde que je vomisse autant que le pessimisme, qui représente à la fois, pour l’horreur de ma pensée, toutes les impuissances imaginables (…). Je n’estime que ''le courage sans mesure'' et je n’accepterai jamais d’être vaincu, - moi !}}
|année=1999
|page=21}}
 
{{citation|citation= Surtout, je ne veux pas être le ''pamphlétaire'' à perpétuité.}}
{{Réf Livre
|titre=Le Mendiant ingrat – 1892-1895
|auteur=Léon Bloy
|éditeur=Robert Laffont
|collection=Bouquins
|année=1999
|page=30}}
 
{{citation|citation= Aperçu Gustave Guiches dans le mauvais lieu. J’ai regardé ce drôle bien de face. L’expression de ses yeux fuyants est abominable. Élégance de propriétaire cadurcien. Allure de chat mouillé. Il a toujours l’air d’avoir été rossé avec ses propres échalas, par un métayer sans douceur.}}
|année=1999
|page=64}}
 
{{citation|citation= [Sur Rodin] Ce grand sculpteur, dont les œuvres suent la force, paraît être un homme quelconque. On pourrait le croire pharmacien ou chef de bureau.}}
{{Réf Livre
|titre=Le Mendiant ingrat – 1892-1895
|auteur=Léon Bloy
|éditeur=Robert Laffont
|collection=Bouquins
|année=1999
|page=66}}
 
{{citation|citation= [Sur le Protestantisme] Pour discuter, il faut descendre dans un marécage. Les paroles dépensées en vain reviennent, aussitôt, comme un jusant de boue fétide, sur le cœur de l’homme qui les à proférées.}}
{{Réf Livre
|titre=Le Mendiant ingrat – 1892-1895
|auteur=Léon Bloy
|éditeur=Robert Laffont
|collection=Bouquins
|année=1999
|page=75}}
 
{{citation|citation= J’ai l’air de parler à la foule pour l’amuser. En réalité, je parle à quelques âmes d’exception qui discernent ma pensée et l’aperçoivent sous le voile.}}
{{Réf Livre
|titre=Le Mendiant ingrat – 1892-1895
|auteur=Léon Bloy
|éditeur=Robert Laffont
|collection=Bouquins
|année=1999
|page=78}}
 
{{citation|citation= Je suis pour l’intolérance parfaite et j’estime que ''qui n’est pas avec moi est contre moi''.}}
85

modifications