Différences entre les versions de « Loïc Decrauze »

5 488 octets ajoutés ,  il y a 11 ans
|date=14 mai 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/mai.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Bilan des portraits politiques de Giesbert : de Villepin apparaît comme le plus détestable, imbu de lui-même, et son discours ''off'' le plus en décalage avec sa tartine démagogique officielle. Habitude langagière révélatrice du personnage : tout ramener au fait « d’en avoir ou pas… » dans le pantalon. Le critère des gonades semble être l’alpha et l’oméga de son sens critique. Des couilles pleins la bouche, il en sert à ses interlocuteurs en coulisse, certain d’être lui-même doté des plus impressionnants spécimens… Le désastre du CPE, cette piteuse retraite en rase campagne, a révélé la texture et le contenu de baudruche des testicules du Premier ministre, tout juste calibrés pour jouer aux billes. Exit le mauvais poète des roubignolles !}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=1er août 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2008/05/aot.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Comment peut-on encore accepter qu’un si beau terme, l’humanité, baptise un torche-cul qui essuie, en détournant les yeux, les flaques de sang et de larmes que verse le peuple cubain depuis les débuts de la feue guerre froide ?}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=1er août 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2008/05/aot.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Maudissons la dérive des premières parties de soirée, pour le ''bon pôple'' qu’il faut distraire, qui se répandent entre émissions mettant au pinacle des ordinaires sans intérêt et séries qui assouvissent le goût morbido-voyeuriste d’une masse indistincte.}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=9 septembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2008/05/septembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Pour justifier son recours à ces jeunes femmes maigres à l’extrême, un couturier a déclaré, avec l’aplomb du cynisme érigé en dogme infaillible, que ses créations étaient automatiquement sublimées par ces corps longs, longs, longs et fins, fins, fins jusqu’au décharnement. (...)
Voilà, pour moi, la vulgarité suprême ! Un Bigard est grossier dans son propos, lui, ce créateur obscène, avec ses manières et sa petite frimousse contente d’elle-même, verse dans la profonde et vulgaire salauderie humaine, celle qui réifie l’autre pour se l’approprier sans une once de remords. Beurk !}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=15 septembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2008/05/septembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=La complaisance envers les tarés de l’Islam s’insinue, insidieusement, dans la tête de ces croyants, et la lâcheté de nos politiques, de la plupart des intellectuels au silence assourdissant laisse songeur sur l’étendue de la capitulation des consciences.}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=6 octobre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/octobre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=L’année 2007 à portée de festivités et pourtant peu de réjouissances se profilent à l’échelle planétaire. Quelques zones confirment l’extrême barbarie possible de l’humanité lorsque l’Etat de droit (ou, plus brutalement, autocratique) s’est effondré. Aucune place aux utopies généreuses dans les chaos entretenus par les sanguinaires opportunistes.}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=23 décembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/dcembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Se laisser submerger par ce qui nous reste du meilleur de l’être aimé que l’on regrette de n’avoir pas vu davantage.}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=26 décembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/dcembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Toujours coquette, des escarpins aux pieds, quitte à souffrir à chaque pas, pour ne pas céder à la confortable facilité de grosses ''Nike'' ou assimilés.
Invraisemblable et absurde pour le commun de mes contemporains, elle était tout entière dans cet acharnement archaïque : point de culte du ''carpe diem'', mais un attachement forcené à son paraître qui allait bien au-delà d’une banale question d’apparence. C’est toute une philosophie de l’effort existentiel qui transparaissait chez elle, comme une vigie urticante pour se rappeler de l’attention constante qu’on doit avoir à se détacher de nos penchants barbares, ceux qui font ressembler certains coins de notre planète à des aires sanglantes. Ses escarpins combattaient cette tendance si absorbante au laisser-faire, à l’aune de ses instincts..}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=26 décembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/dcembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Sur le trajet, les pas s’alourdissent en repensant à cet être cher que nous ne reverrons plus. La majestueuse église se profilant, je passe mon regard de l’arrière du corbillard motorisé à l’édifice imposant et à son cimetière de cyprès démesurés.}}
{{Réf Pub|nom=Des Cyprès démesurés
|date=29 décembre 2006
|source=[http://refractaire2006.blogspot.com/2006/12/dcembre.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
85

modifications