Différences entre versions de « Peter J. d'Adamo »

m
relecture
m
m (relecture)
}}
 
{{citation|citation=Si les trois premiers GénoTpes, le "« chasseur" », le "« cueilleur" » et le "« professeur" », sont probablement apparus il y a entre cinquante et soixante-quinze mille années, l'« explorateur » ne date pas de plus de trente millénaires.
|précisions=}}
{{Réf Livre|titre=Le régime génotype
 
{{citation|citation=Près de quarante mille bébés sont venus au monde durant cette sinistre période. Dans les années 1960, les chercheurs se sont penchés sur l'évolution de ces rescapés de la famine : les fœtus qui en étaient à leur dernier trimestre de gestation au plus dur de cet hiver de la faim sont venus au monde avec un déficit de poids. Par la suite, ces enfants ont été correctement alimentés et se sont développés normalement. Mais, à l'age adulte, beaucoup ont été atteints de diabète.
Quand aux fœtus qui en étaient aux six premiers mois de gestation lorsque la famille s'est fait le plus cruellement ressentir, ceux-ci sont nés avec un poids normal, ayant vraisemblablement rattrapé leur retard de croissance au cours du dernier trimestre de la grossesse. Une fois adultes, ces personnes ont cependant donné naissance à des enfants de très petite taille... Les sujets exposés à la famine prénatale ont également développé une propension accrue aux affections rénales et pulmonaires obstructives, à l'athérosclérose, à l'hypertension artérielle, à l'obésité et aux troubles cardiaques. AÀ la quarantaine, de nombreux cas de diabète et d'obésité ont été observés chez les femmes, tandis que les hommes se révélaient prédisposés à la schizophrénie et une hypersensibilité biologique au stress...stress… David Barker, un chercheur britannique, a tenté dans les années 1980 d'expliquer ce phénomène ; il a conclut que le corps de la femme enceinte influe sur le développement du fœtus afin d'augmenter ses chances de survie.
|précisions=AÀ la fin de la secondeSeconde guerreGuerre mondiale, les alliés ont lancé aux Pays-Bas une opération militaire portant le nom de Garden Market. Cette offensive s'est soldée par un échec : au cours de l'hiver 1944-45, baptisé "« hiver de la fin" », trente mille néerlandais sont morts de sous-nutrition, tandis que les autres ont dû se contenter de rations journalières n'excédant pas 800 calories. Sachant que l'apport quotidien d'un adulte doit être d'environ 20002 000 calories, et qu'une femme enceinte ou allaitant a besoin de 23002 300 calories par jour, on imagine dans quelles conditions extrêmes les néerlandais ont traversé cette épreuve.}}
{{Réf Livre|titre=Le régime génotype
|auteur=Peter J. d'Adamo
}}
 
{{citation|citation=Une étude a montré que des souris soumises à un régime hypocalorique - affectant l'acétylation des histones - avaient une durée de vie de 50 % supérieure à celle des autres souris.
|précisions=}}
{{Réf Livre|titre=Le régime génotype
}}
 
{{citation|citation=Le gène sécréteur détermine si vous produisez ou non l'antigène de votre groupe ABO dans vos sécrétions corporelles. Chacun de nous porte dans ses cellules sanguines un antigène de groupe sanguin, mais la plupart (environ 85 %) en charrient aussi dans leurs sécrétions corporelles telles que la salive, la sueur, les mucosités ou le sperme. Si vous êtes sécréteur, on peut déterminer votre groupe sanguin aussi bien grâce à vos sécrétions qu'avec votre sang.
|précisions=Le statut sécréteur est intimement lié au groupe sanguin ABO.}}
{{Réf Livre|titre=Le régime génotype
 
== 4 groupes sanguins 4 modes de vie, 2002 ==
{{citation|citation=Le gène du groupe sanguin ABO est localisé sur la tranche " « q " » du chromosome 9, aux chemin alentours du segment 34. L'adresse de votre groupe sanguin est donc 9q34. C'est à cet endroit que l'on repère les trois allèles de base du système ABO, qui font que vous appartenez au groupe O, A, B ou AB<ref>The human Genome Project. Research archives, Washington DC, www.ornl.gov</ref> (...)[…] En 1984, des chercheurs ont exposé dans le ''Genetic Epidemiology'' un patrimoine génétique dans lequel un gène déterminant la proportion au cancer du sein était localisé près du segment q34 du chromosome 9<ref>Skolnick M. H., E. A. Thompson, D.T. Bishop et L. A. Cannon : "Possible linkage of a breast cancer-suscptibility locus to the ABO locus : sensitivity of LOP scores to a single new recombinant observation", ''Genet Epidemiol'', 1984, 1(4), Pp. 363-73.</ref>.}}
{{Réf Livre|titre=4 groupes sanguins 4 modes de vie
|auteur=Peter J. d'Adamo
}}
 
{{citation|citation=Les non-sécréteurs représentent 20 % de la population, mais 80 % des malades que les médecins qualifient de "compliqués"« compliqué », c'est -à -dire pour lesquels il s'avère difficile de poser un diagnostic juste et qui mettent du temps à guérir.
|précisions=Le statut sécréteur : un facteur immunitaire}}
{{Réf Livre|titre=4 groupes sanguins 4 modes de vie
}}
 
{{citation|citation=Lorsque, en 1910, un biologiste russe du nom de [[w:Ilya Ilitch Metchnikov|Elie Metchnikoff]] suggéra que la meilleure méthode pour améliorer la santé et l'espérance de vie serait de désintoxiquer l'intestin des patients, beaucoup de médecins et de chercheurs le prirent pour un charlatan (...)[…] Dommage, car elle devait se révéler juste. AÀ l'appui de son hypothèse, selon laquelle le processus de vieillissement résulte en fait d'une intoxication chronique provoquée par un déséquilibre de la flore intestinale, [[w:Ilya Ilitch Metchnikov|Metchnikoff]] inventa le terme probiotique, qui signifie "« favorable à la vie" ». Cet enchaînement pouvait, selon lui, être interrompu grâce à l'absorption régulière de ferments lactiques acides et de produits en comportant. Aujourd'hui, on omet de préciser un élementélément clé : le groupe sanguin orchestre l'équilibre des "« bonnes" » bactéries<ref>Naidu A. S. , W. R. Bidlack et R. A. Clemens : " Probiotic spectra of lactic acid bacteria (LAB)." Crit. Rev. Food Sci Nutr, janvier 1999, 39(1), p. 13-126.</ref> (...) […] Quel rôle ces antigènes sanguins jouent-ils dans l'équilibre de la flore intestinale ? Les antigènes sanguins servent de nourriture aux bactéries. Rappelons en effet que les antigènes du groupe sanguin sont des sucres complexes dont les bactéries se révèlent très friandes. Chaque antigène sanguin possède sa structure glucidique propre et les bactéries les choisissent en fonction de leurs préférences.
|précisions=Pour combattre le mal par le mal : la solution probiotique}}
{{Réf Livre|titre=4 groupes sanguins 4 modes de vie
}}
 
{{citation|citation=Pour vous donner une idée de l'impact du groupe sanguin sur la flore intestinale, on estime qu'une personne du groupe B possédera jusqu'à 5000050 000 souches de bactéries amies de plus que ses congénères du groupe O ou du groupe A.
|précisions=Cette "« préférence" » résulte du concept baptisé adhérence.}}
{{Réf Livre|titre=4 groupes sanguins 4 modes de vie
|auteur=Peter J. d'Adamo
}}
 
{{citation|citation=Ce groupe sanguin, qui ne semble exister que depuis un millier d'années environ, n'est représenté que dans 2 à 5 % de la population. On peut à bien des égards le considérer comme un "« chantier" » en cours. Seul groupe sanguin issu du brassage ethnique et non d'une adaptation à un environnement en mutation, le groupe AB présente d'intéressantes particularités immunologiques.
|précisions=Le profil du groupe AB.}}
{{Réf Livre|titre=4 groupes sanguins 4 modes de vie
216

modifications