Différences entre les versions de « Loïc Decrauze »

3 160 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
(Ajout de citations pour "Crise en quarantaine" (2009))
(→‎Crise en quarantaine, 2009 : ajout citations)
}}
 
{{citation|citation=(...) le conte de la Générale est limpide comme un Perrault : goinfrez-vous tant que vous pourrez, jusqu’à l’écoeurement de vous-même, abusez des règles, rapace, et fientez sur le contrat social pourvu qu’avec un large sourire vous affirmiez : « C’est pour mieux vous aider, mon épargnant ! »}}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=31 janvier 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/janvier.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Ce qui irrite, dans l’ambiance colportée, c’est le leurre d’une prime à la vertu pour les modestes, les planqués, les revanchards échoués. La résonance du discours contre les salopards qui réussissent incite à occulter les crasses des ternes citoyens, mais la petite musique sonne bien, alors les médias la relaient sans jamais égratigner la France d’en bas.}}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=31 janvier 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/janvier.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Je n’achète toujours pas d’actions, encore moins de produits financiers, je ne conduis décidément pas et je reste sur mes gardes lorsque je croise un congénère…}}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=6 février 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/fevrier.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=(...) je ne suis qu’un observateur horrifié des dérives humaines. Rendre compte dans l’instant, avec l’imperfection de l’immédiateté mais l’authenticité inhérente, demeure le privilège du diariste. Assister à la tourmente naissante de pays développés dont les bases économiques s’effondrent sans être, pour l’instant, touché dans sa vie propre, développe en soi une fascination déprimée.}}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=2 mars 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/mars.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Tant que le monde occidental fera de la CPI son suppôt, empêchant à l’embryonnaire justice pénale internationale l’initiative de stigmatiser les dérives sanglantes de pays riches aux traités protecteurs, nos laissés-pour-compte à capuche s’en tiendront au simplisme dérangeant : de Bush à Israël, la crispation de leur rejet ne souffre d’aucun argument, d’aucune amorce d’éclairage historique.}}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=7 mars 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/mars.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
{{citation|citation=Pousser ses gambettes jusqu’aux grands bois, après un passage à travers champs désertés par les bœufs, pour y retrouver la magie d’une géographie torturée par les obus de 14-18 et sur laquelle arbres et lianes ont insufflé une esthétique reposante : plus de carnage ni d’explosions, mais des complicités enfantines qui semblent éternelles. }}
{{Réf Pub|nom=Crise en quarantaine
|date=15 mars 2009
|source=[http://quarantaine-2009.blogspot.com/2010/01/mars.html Blogspot.com]
|auteur=Loïc Decrauze
}}
 
 
85

modifications