Toxicomanie

dépendance physique et/ou psychologique d'une ou plusieurs substances chimiques, sans justification thérapeutique

La toxicomanie désigne une dépendance physique et psychologique d'une ou plusieurs substances toxiques.

CinémaModifier

Jean Gabin, Le Gentleman d'Epsom, 1962Modifier

Le cheval est capricieux par nature et quand par surcroît il est toxicomane, le pire est à craindre, mon cher.
  • Jean Gabin, Le Gentleman d'Epsom (1962), écrit par Michel Audiard


LittératureModifier

RomanModifier

Roger Peyrefitte, Propos secrets, 1977Modifier

Tous les toxicomanes sont des gens à sexualité déficiente, même si, au début, le toxique a pu aider la sexualité. La drogue dévirilise, comme la cuisine. Je ne serai jamais un drogué ; je tiens trop à ce que le ciel m'a donné.


SociologieModifier

Récit documentaireModifier

Roberto Saviano, Gomorra, 2006Modifier

Les héroïnomanes étaient considérés comme de véritables vaches à lait, alors que dans les années quatre-vingt, la cocaïne était encore vue comme une drogue élitiste. Mais Antonio Bardellino devina que seule une drogue qui ne détruisait pas à court terme, susceptible de devenir un apéritif bourgeois et non un poison pour épaves, pouvait élargir le marché.
  • Gomorra, Roberto Saviano (trad. Vincent Raynaud), éd. Gallimard, 2006, p. 226


PsychologieModifier

Patrick Charrier/Astrid Hirschelmann-Ambrosi, Les états limites, 2004Modifier

Le toxicomane est état limite parce que le produit joue le rôle d'objet anaclitique, dépendance sur laquelle s'appuyer pour ne pas sombrer.
  • Les états limites, Patrick Charrier/Astrid Hirschelmann-Ambrosi, éd. Armand Colin, coll. « 128 », 2008  (ISBN 978-2-200-35348-3), partie 5. Manifestations cliniques des états limites ou les dangers de l'inférence, 1. Les dangers de l'inférence, p. 112


Voir aussiModifier

Drogue