Yvan Audouard

écrivain français

Yvan Audouard (1914-2004) est un journaliste et écrivain français. L’écrivain et éditeur Antoine Audouard est son fils.

Le Vertueux a tous les vices, 1965Modifier

L’évidence, c’est la seule chose qu’on puisse et même qu’on doive nier. Quand il y a doute, il y a possibilité de discussion ; mais quand il n’y a pas moyen de discuter, la seule chose qu’il vous reste à faire c’est de nier.
  • Le Vertueux a tous les vices, Yvan Audouard, éd. Plon, 1965, chap. I, p. 6-7


Moi, un homme capable de tenir tête à un carré d’as avec une paire de sept, de l’air indifférent de celui qui a touché une quinte flush d’entrée, je me trouvais devant cette gosse transparent et désarmé.
  • Le Vertueux a tous les vices, Yvan Audouard, éd. Plon, 1965, chap. II, p. 46


Un quart de sourire chez deux Corses obligés de travailler tous les jours de minuit à six heures du matin pour nourrir des épouses tout juste aimables, cela vaut une accolade dans les pays du Nord.
  • Le Vertueux a tous les vices, Yvan Audouard, éd. Plon, 1965, chap. III, p. 62


« La philosophie, elle guérit uniquement les malheurs passés et les malheurs à venir ; mais, pour les malheurs présents, tu te démerdes comme tu peux. »
  • Reformulation par Antoine le Vertueux d’une phrase lue dans un livre dont il a oublié le titre.
  • Le Vertueux a tous les vices, Yvan Audouard, éd. Plon, 1965, chap. IX, p. 189


N’est pas la dernière des ordures qui veut ! Essayez, pour voir ! Vous verrez. Il y a de la concurrence.
  • Le Vertueux a tous les vices, Yvan Audouard, éd. Plon, 1965, chap. IX, p. 208


La connerie n’est plus ce qu’elle était, 1993Modifier

Le débile mental, l’idiot peuvent être décelés au premier coup d’œil par le spécialiste. Rien ne permet en revanche de reconnaître le con à sa seule apparence.
  • La connerie n’est plus ce qu’elle était, Yvan Audouard, éd. Plon, 1993  (ISBN 2-259-02641-9), partie I. Essai sur les données immédiates de la connerie, chap. II. De la connerie en tant que telle, p. 27


Le con définitif [est] celui qui puise sa suffisance dans le réservoir infini de ses insuffisances.
  • La connerie n’est plus ce qu’elle était, Yvan Audouard, éd. Plon, 1993  (ISBN 2-259-02641-9), partie I. Essai sur les données immédiates de la connerie, chap. II. De la connerie en tant que telle, p. 30


Quand le peuple ne croit plus à rien on peut lui faire croire n’importe quoi.
  • La connerie n’est plus ce qu’elle était, Yvan Audouard, éd. Plon, 1993  (ISBN 2-259-02641-9), Petit pense-bête à l’usage de ceux qui persistent à ne pas vouloir devenir cons, p. 176


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :