Front national

parti politique français

Le Front national (FN) est un parti politique français nationaliste, fondé en octobre 1972 et présidé, depuis lors, par Jean-Marie Le Pen. Son nom complet, à l'origine, était Front national pour l'unité française (FNUF).

Logo du Front national

Citations de membres du FNModifier

À force de diaboliser 1/5 des Français et à ne pas considérer le FN comme un parti comme un autre, vous aller bientôt recueillir la monnaie de votre pièce. Le FN pose simplement les vraies questions sans pour autant les résoudre totalement (ça c'est un autre problème mais il a l'excuse de ne pas avoir été au pouvoir). Ces problèmes vous les avez occultés par idéologie déplacée pour la gauche et par lâcheté pour la soi-disant droite. Et maintenant la bombe immigration et d'autres vont péter avec la perspective de troubles très graves.


Un matin, en reposant mon café noir sur le zinc, l'envie me prit de sortir de ce cloaque. Je me décidai. Va donc pour le FN!


Citations au sujet du FNModifier

La question de l’immigration a pris une place de plus en plus grande dans mon travail non seulement parce qu’elle avait été jusque-là scandaleusement ignorée par l’historiographie française, mais aussi et surtout en raison du nouveau contexte politique : l’émergence du Front national dans le paysage politique à partir de 1983. Alors qu’on croyait que les horreurs de la barbarie nazie avaient discrédité à tout jamais le fonds de commerce de l’extrême droite, on a vu se développer sous nos yeux un parti manipulant cyniquement la question de l’immigration pour nourrir les réflexes xénophobes d’une partie de la population française.
  • « "Ouvrir à tous la connaissance savante". Entretien Gérard Noiriel », Gérard Noiriel (propos recueillis par Jérôme-Alexandre Nielsberg), L'Humanité, 21 janvier 2004 (lire en ligne)


Jean-Marie Le Pen était antisémite, Marine est islamophobe, il n'y a pas rupture mais continuum. On ressort aujourd'hui, sur les Musulmans, le même type d'arguments que l'on réservait aux Juifs dans les années 30. Ils ne sont pas comme nous, ils font peser un danger sur la République. Ils ont un plan secret pour imposer leur loi. Leur religion est incompatible avec notre société. Ils ne seront jamais français et resteront étrangers, et ce, quelle que soit la mention figurant sur leurs passeports. Dans les années 30, même s'il en avait la nationalité, un Juif n'était pas considéré comme tout à fait français. Aujourd'hui, cet argument est servi pour les Musulmans.


Moins on est instruit, plus on vote FN.


Si le Front national peut revendiquer la paternité de la formule "racisme anti-Blancs", il n'a pas inventé la rhétorique qui la sous-tend. Celle-ci a été forgée au début de la IIIe République. Elle a servi au départ à alimenter l'antisémitisme. Toute l'argumentation raciste d'Édouard Drumont dans la France juive (1886) repose sur l'inversion des rapports de domination entre majorité ("nous, Français") et minorité ("eux, les juifs"). Pour Drumont, les juifs ne sont pas des victimes mais des agresseurs. Ses "preuves", il les trouve dans les faits divers colportés par la presse mettant en cause des juifs.


Articles connexesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :