L'insomnie est la privation de sommeil, ou la diminution importante du temps de sommeil.

CitationsModifier

Par mes désirs prévenue,
Près de mon lit douloureux,
Déjà la mort est venue
Asseoir son squelette affreux ;
Et le regard homicide
De son cortège perfide,
Porte à son dernier degré
L'excès, toujours plus terrible,
D'un accablement horrible,
Par l'insomnie ulcéré.

  • « Odes », dans Œuvres Complètes, Nicolas Boileau, éd. Firmint-Didot, 1865, p. 599


Qu'est-ce que l'insomnie en effet sinon un ennui agacé de petites lanières en cuir pour autant d'ennuis diurnes particuliers remontant à la surface des draps ?
  • Quel ennui !, Alain Jay, éd. L'Harmattan, 2007, p. 91


LittératureModifier

PoésieModifier

Paul Éluard , Capitale de la douleur, 1926Modifier

Rampe des mois d'hiver, jour pâle d'insomnie, mais aussi, dans les chambres les plus secrètes de l'ombre, la guirlande d'un corps autour de sa splendeur.
  • Capitale de la douleur suivi de L'amour la poésie (1926), Paul Éluard, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1966  (ISBN 978-2-07-030095-2), partie Nouveaux poèmes, André Masson, p. 105


RomanModifier

Anne Calife sous le nom de Anne Colmerauer, La déferlante, 2003Modifier

Surtout, surtout :je dormais. L’Insomnie aux yeux hagards, aux pyjamas froids ne viendrait plus jamais infecter mes nuits.
  • La déferlante, Anne Calife, éd. Balland,2003, réédition Menthol House, 2003  (ISBN 2-7158-1436-4), p. 88