Ouvrir le menu principal

Le Cid

pièce de théâtre de Corneille

Le Cid est une pièce de théâtre de Pierre Corneille, dont la première représentation date de 1637.

CitationsModifier

 
Frontispice de l’édition de 1637 du Cid.
Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?
Mon bras, qu'avec respect toute l'Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
Ô cruel souvenir de ma gloire passée !
Œuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d'où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher le Comte,
Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?
Comte, sois de mon prince à présent gouverneur :
Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur ;
Et ton jaloux orgueil, par cet affront insigne,
Malgré le choix du Roi, m'en a su rendre indigne.
Et toi, de mes exploits glorieux instrument,
Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,
Fer, jadis tant à craindre et qui, dans cette offense,
M'as servi de parade, et non pas de défense,
Va, quitte désormais le dernier des humains,
Passe, pour me venger, en de meilleures mains.
  • Monologue de Don Diègue après l'insulte du Comte


Rodrigue, as-tu du cœur ?
  • Don Diègue à Don Rodrigue


Va, cours, vole, et nous venge.
  • Don Diègue à Don Rodrigue


Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées,
La valeur n'attend point le nombre des années.
  • Don Rodrigue au Comte


À vaincre sans péril on triomphe sans gloire.
  • Comte à Don Rodrigue


Va, je ne te hais point.
  • Chimène à Don Rodrigue


Rodrigue, qui l'eût cru ?
Chimène, qui l'eût dit ?
  • Chimène et Don Rodrigue


Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort,
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient de courage.
  • Don Rodrigue au Roi


Cette obscure clarté qui tombe des étoiles.


Et le combat cessa faute de combattants.
  • Don Rodrigue au Roi


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :