Le Malade imaginaire

comédie-ballet de Molière, Marc-Antoine Charpentier et Pierre Beauchamp

Le Malade imaginaire, dernière œuvre dramatique écrite par le dramaturge français Molière, est une comédie-ballet en trois actes et en prose, créée le 10 février 1673 par la Troupe du Roi sur la scène du Palais-Royal à Paris, avec une musique de scène composée par Marc-Antoine Charpentier et des ballets réglés par Pierre Beauchamp. Son personnage principal est un hypocondriaque, toujours persuadé d'être malade, au grand bonheur de ses médecins.

Représentation du Malade imaginaire dans une mise en scène de Claudio Martinez Bel en 2008.

CitationsModifier

Angélique : Les anciens, monsieur, sont les anciens ; et nous sommes les gens de maintenant.
  • Oeuvres de Molière, tome III, Molière, éd. Charles Louandre, 1910, Le Malade imaginaire, acte II, scène 7, p. 643 (texte intégral sur Wikisource)


Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies.
  • « Le Malade imaginaire », dans Œuvres complètes, Molière, éd. Hachette, 1867, vol. 3, acte III, scène III, p. 426 (texte intégral sur Wikisource)


Monsieur Purgon : Et je veux qu’avant qu’il soit quatre jours, vous deveniez dans un état incurable.
Argan : Ah ! miséricorde !
Monsieur Purgon : Que vous tombiez dans la bradypepsie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : De la bradypepsie dans la dyspepsie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : De la dyspepsie dans l’apepsie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : De l’apepsie dans la lienterie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : De la lienterie dans la dysenterie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : De la dysenterie dans l’hydropisie.
Argan : Monsieur Purgon !
Monsieur Purgon : Et de l’hydropisie dans la privation de la vie, où vous aura conduit votre folie.

  • « Le Malade imaginaire », dans Œuvres complètes, Molière, éd. Garnier frères, 1965, vol. 2, acte III, scène V, p. 831 (texte intégral sur Wikisource)


Toinette (déguisée en médecin) : Je suis médecin passager, qui vais de ville en ville, de province en province, de royaume en royaume, pour chercher d'illustres matières à ma capacité, pour trouver des malades dignes de m'occuper, capables d'exercer les grands et beaux secrets que j'ai trouvés dans la médecine. Je dédaigne de m'amuser à ce menus fatras de maladies ordinaires, à ces bagatelles de rhumatismes et de fluxions, à ces fièvrotes, à ces vapeurs et à ces migraines. Je veux des maladies d'importance, de bonnes fièvres continues, avec des transports au cerveau, de bonnes fièvres pourprées, de bonnes pestes, de bonnes hydropisies formées, de bonnes pleurésies avec des inflammations de poitrine : c'est là que je me plais, c'est là que je triomphe ; et je voudrais, monsieur, que vous eussiez toutes les maladies que je viens de dire, que vous fussiez abandonné de tous les médecins, désespéré, à l'agonie, pour vous montrer l'excellence de mes remèdes et l'envie que j'aurais de vous rendre service.

Argan : Je vous suis obligé, monsieur, des bontés que vous avez pour moi.


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :