Ouvrir le menu principal

Le Misanthrope

comédie de Molière, en cinq actes, représentée la première fois au Théâtre du Palais-Royal le 4 juin 1666

Gravure de l’édition de 1719.

Le Misanthrope est une comédie créée par Molière en 1666.

Acte IModifier

Alceste
Je veux qu’on soit sincère, et qu’en homme d’honneur
On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur.


Alceste
Sur quelque préférence une estime se fonde,
Et c’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde.


Alceste
J’entre en une humeur noire, en un chagrin profond,
Quand je vois vivre entre eux les hommes comme ils font ;
Je ne trouve partout que lâche flatterie,
Qu’injustice, intérêt, trahison, fourberie ;
[…]


Philinte
Il faut, parmi le monde, une vertu traitable ;
À force de sagesse, on peut être blâmable ;
La parfaite raison fuit toute extrémité,
Et veut que l’on soit sage avec sobriété.


Philinte
Ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont mises !


Acte IIModifier

Alceste
Plus on aime quelqu’un, moins il faut qu’on le flatte ;
À ne rien pardonner le pur amour éclate ;
[…]


Éliante
L’amour, pour l’ordinaire, est peu fait à ces lois,
Et l’on voit les amants vanter toujours leur choix ;
Jamais leur passion n’y voit rien de blâmable,
Et dans l’objet aimé tout leur devient aimable :
[…]


Acte IIIModifier

Célimène
Madame, on peut, je crois, louer et blâmer tout,
Et chacun a raison suivant l’âge ou le goût.
Il est une saison pour la galanterie ;
Il en est une aussi propre à la pruderie.


Alceste
Être franc et sincère est mon plus grand talent ;
Je ne sais point jouer les hommes en parlant ;
[…]


Acte IVModifier

Éliante
Et la sincérité dont son âme se pique
À quelque chose, en soi, de noble et d’héroïque.


Alceste
Je sais que sur les vœux on n’a point de puissance,
Que l’amour veut partout naître sans dépendance,
Que jamais par la force on n’entra dans un cœur,
Et que toute âme est libre à nommer son vainqueur.


Acte VModifier

Alceste
Puisque entre humains ainsi vous vivez en vrais loups,
Traîtres, vous ne m’aurez de ma vie avec vous.


Célimène
La solitude effraye une âme de vingt ans :
[…]


Alceste
Trahi de toutes parts, accablé d’injustices,
Je vais sortir d’un gouffre où triomphent les vices,
Et chercher sur la terre un endroit écarté
Où d’être homme d’honneur on ait la liberté.


Sur Le MisanthropeModifier

Ce chef-d'œuvre du monde mérite d'être appris par cœur avant que d'être examiné. (…)
Ouvrage dans lequel il n'y a pas un vers qui n'ait apport au caractère principal.
  • Œuvres, Florian, éd. Firmin Didot, 1865, p. 374-375


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :