Libre arbitre

faculté qu’aurait l'être humain de se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser

Le libre arbitre est le pouvoir que s'attribue l'homme de choisir entre plusieurs actions, d’être à l’origine de ses actes sans être déterminé par aucune nécessité.

Claude BernardModifier

nous ne sommes pas libre d'empêcher notre libre arbitre d'agir, pas plus que nous ne pouvons empêcher toute autre fonction du corps de s'accomplir suivant ses lois. Nous ne sommes pas libres de ne pas être libres.
  • Principe de médecine expérimentale, Claude Bernard, éd. P.U.F, 1947, p. 206-207


Orson Scott CardModifier

Même si le libre arbitre n'existe pas, nous devons nous comporter les uns envers les autres comme si le libre arbitre existait afin de pouvoir vivre en société.
  • Xénocide, Orson Scott Card, éd. Grasset, 1991, p. 372


DanteModifier

Et le libre vouloir. Qui ne se refuse point à la fatigue des premiers combats contre le ciel, résiste, puis vainc tout


Jacques EllulModifier

L'individu est toujours prêt à se soumettre à la nécessité, pourvu que le vocabulaire de la liberté soit sauvegardé, et qu'il puisse parer son obéissance servile de la glorieuse énergie d'un choix libre et personnel.
  • L'illusion politique (1977), Jacques Ellul, éd. La Table Ronde, coll. « la petite vermillon », 2004, p. 64


Terry GoodkindModifier

Si tu veux être une esclave jusqu'à la fin de tes jours, continue à demander aux autres de s'impliquer à ta place. Certains accèderont à ta demande, c'est sûr, mais tu découvriras vite que cela te coûte ta liberté, ton libre arbitre et ta vie, en fin de compte.
  • Les Piliers de la création (2001), Terry Goodkind (trad. Jean Claude Mallé), éd. Bragelonne, 2007  (ISBN 9782352940784), p. 230


Frank HerbertModifier

Recherchez la liberté et devenez esclave de vos désirs. Recherchez la discipline et trouvez votre liberté.
  • Coda Bene Gesserit
  • La Maison des Mères (1979), Frank Herbert (trad. Guy Abadia), éd. Robert Laffont, coll. « Presses Pocket », 1986  (ISBN 2-221-04912-8), p. 523


François RabelaisModifier

Toute leur vie était régie non par des lois, des statuts ou des règles, mais selon leur volonté et leur libre arbitre. Ils sortaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, dormaient quand le désir leur en venait. Nul ne les éveillait, nul ne les obligeait à boire ni à manger, ni à faire quoi que ce soit. Ainsi en avait décidé Gargantua. Et toute leur règle tenait en cette clause : FAIS CE QUE VOUDRAS. Parce que les gens libres, bien nés, bien éduqués, vivant en bonne société, ont naturellement un instinct, un aiguillon qu'ils appellent honneur et qui les pousse toujours à agir vertueusement et les éloigne du vice.


Marthe RobertModifier

L’intolérable n’est pas tellement d’être né que d’être déterminé à tout jamais par l’énorme masse de préexistant, du déjà là, déjà fait, déjà dit et pensé.
  • Livre de lectures, Marthe Robert, éd. Grasset, 1977  (ISBN 87 4008 1[à vérifier : ISBN invalide]), p. 11


Jean CocteauModifier

Le libre arbitre est le résultat d’une coexistence infinie de contraires qui s’épousent, se nattent, ne forment qu’un.
  • Journal d’un inconnu, Jean Cocteau, éd. Grasset, 1953, p. 24