Plagiat

faute d'ordre moral, civil ou commercial consistant à copier ou s'approprier une œuvre

Le plagiat (du latin plagiarius, ii, celui qui vole l'esclave d'un autre ou vend une personne libre) consiste à s'inspirer d'un modèle que l'on omet délibérément de désigner. Le plagiaire est celui qui s'approprie frauduleusement le style, les idées, ou les faits.

Voltaire, Pensées, remarques et observations (1802)Modifier

Un simple imitateur est un estomac ruiné qui rend l'aliment comme il le reçoit : un plagiaire est un faussaire.
  • Attribué à Voltaire.
  • « Pensées, remarques et observations », dans Œuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Hachette, 1859, vol. 23, p. 559


Comte de Lautréamont, Poésies II (1870)Modifier

Le plagiat est nécessaire. Le progrès l'implique. Il serre de près la phrase d'un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l'idée juste.
  • Poésies II, Isidore Ducasse (alias Comte de Lautréamont), éd. Librairie Gabrie, 1870, p. 6


Ruth RendellModifier

Le désespoir conduit au plagiat bien plus souvent que l’infamie.
  • Jeux de mains, Ruth Rendell (trad. Isabelle Tripault), éd. Calmann-Lévy, 1999, p. 435


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :