Différences entre versions de « Charles Baudelaire »

4 920 octets supprimés ,  il y a 7 ans
la caca marron
(la caca marron)
|s=Les Fleurs du mal}}
 
'''LE CACA MARRON EST TRES BON :D mdr'''
=== ''Les Fleurs du mal'', 1857 ===
[[Image:Baudelaire crop.jpg|thumb|upright=1|alt=Photographie de Charles Baudelaire|Charles Baudelaire]]
{{citation|Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère ! }}
{{Réf Livre
|titre=Œuvres complètes
|titre de la contribution=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Robert Laffont
|poème=Au lecteur
|année=2004
|page=4
|année d'origine=1980
|collection=Bouquins
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
(…)
Dans la ménagerie infâme de nos vices,
 
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris,
Et dans un bâillement avalerait le monde;
 
C'est l'Ennui !
</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|titre de la contribution=Au Lecteur
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Lemerre
|année=1900?|page=10
|année d'origine=1857
|partie=Spleen et idéal
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>
Le Poète est semblable au princes des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Librairie Garnier Frères
|année=1949|page=12
|année d'origine=1857
|partie=Spleen et idéal
|section=II (L'Albatros)
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>
La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.</poem>}}
{{Réf Livre
|titre=Œuvres complètes
|titre de la contribution=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Robert Laffont
|poème=IV - Correspondances
|année=2004
|page=8
|année d'origine=1980
|collection=Bouquins
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|Homme libre, toujours tu chériras la mer.}}
{{Réf Livre
|titre=Œuvres complètes
|titre de la contribution=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Robert Laffont
|poème=XIV - L'homme et la mer
|année=2004
|page=14
|année d'origine=1980
|collection=Bouquins
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>
-Elle pleure, insensé, parce qu'elle a vécu!
Et parce qu'elle vit! Mais ce qu'elle déplore
Surtout, ce qui la fait frémir jusqu'aux genoux,
C'est que demain, hélas! il faudra vivre encore!
Demain, aprés-demain et toujours! - comme nous!</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=GF Flammarion
|année=1991|page=74
|année d'origine=1857
|partie=Spleen et idéal
|section=XX (Le Masque)
|s=}}
 
{{citation|<poem>
Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !
Que l'espace est profond ! Que le cœur est puissant !</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Poulet-Malassis et De Broise
|année=1857
|section=section « Spleen et idéal », poème « Le Balcon »
|page=82
|s=}}
 
 
{{citation|<poem>Grands bois, vous m'effrayez comme des cathédrales,
Vous hurlez comme l'orgue, et dans nos cœurs maudits,
Chambres d'éternel deuil où vibrent de vieux râles,
Répondent les échos de vos ''De profundis''.
</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|titre de la contribution=Obsession
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Lemerre
|année=1900?|page=127
|année d'origine=1857
|partie=Spleen et idéal
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :'' Souviens-toi !''
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible.
(…)
 
''Souviens-toi'' que le temps est avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! C'est la loi.
(…)
Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! La dernière auberge !),
Où tout te dira : « Meurs, vieux lâche, il est trop tard! »
</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|titre de la contribution=L'Horloge
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Lemerre
|année=1900?|page=136-137
|année d'origine=1857
|partie=Spleen et idéal
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>Saint-Pierre a renié Jésus... il a bien fait !
</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|titre de la contribution=Le Reniement de Saint-Pierre
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Lemerre
|année=1900?|page=327
|année d'origine=1857
|partie=Révolte
|s=Les Fleurs du mal}}
 
{{citation|<poem>
C'est la Mort qui console, hélas ! Et qui fait vivre;
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le cœur de marcher jusqu'au soir.
</poem>}}
{{réf Livre|titre=Les Fleurs du mal
|titre de la contribution=La Mort des Pauvres
|auteur=Charles Baudelaire
|éditeur=Lemerre
|année=1900?|page=213
|année d'origine=1857
|partie=La Mort
|s=Les Fleurs du mal}}
 
=== ''Petits Poèmes en prose'', 1869 ===
Utilisateur anonyme