Supériorité

PsychanalyseModifier

Charles Baudouin, L'Œuvre de Jung et la psychologie complexe, 1963Modifier

On se souvient que la psychologie de Janet est essentiellement énergétique, qu'elle caractérise les phénomènes de l'esprit par leur « force » et leur « tension ». De ce point de vue, la fonction du réel apparaît comme « supérieure », en ce sens qu'elle exige une quantité supérieure d'énergie pour être maintenue ; l'énergie venant à faiblir, il se produit un abaissement du niveau mental, et des phénomènes de moindre tension apparaissent. Jung a été très frappé par cette notion d' « abaissement du niveau mental », si l'on en juge par la fréquence avec laquelle, tout au long de sa carrière, il s'y référa.
  • L'Œuvre de Jung et la psychologie complexe (1963), Charles Baudouin, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2002  (ISBN 2-228-89570-9), partie I. Idées directrices, chap. I. La rampe de lancement : 1900, Pierre Janet, p. 56


Alberto Eiguer, Psychanalyse du libertin, 2010Modifier

Libertinage et prédation

Pour un pervers-narcissique, humilier autrui est en accord avec son besoin de se trouver quelqu'un qui soit persuadé de valoir « moins que lui ». Il parvient ainsi à sentir sa supériorité. Dans les termes du sadisme, l'humiliation nourrit une jouissance.
  • Psychanalyse du libertin, Alberto Eiguer, éd. Dunot, coll. « Psychismes », 2010  (ISBN 978-2-10-054958-0), partie II. Libertinage et prédation, chap. Invitation à la débauche, Cruautés, p. 139