Élisabeth Vigée Le Brun

peintre française
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

Élisabeth Vigée Le Brun, née Louise-Élisabeth Vigée le 16 avril 1755 à Paris, et morte dans la même ville le 30 mars 1842, est une artiste peintre française, considérée comme une grande portraitiste de son temps à l'égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.

Élisabeth Vigée-Lebrun

Citations d'Elisabeth Vigée-LebrunModifier

J’ai constamment suivi ses avis ; car je n’ai jamais eu de maître proprement dit.
  • (fr) Mémoires d'une portraitiste (1855), Élisabeth Vigée Le Brun, éd. Éditions Scala (réédition), 1999, p. 19


Ah ! reprit-il en riant, madame n'est pas une ouvrière, on sait qui elle est.
- Eh bien, qui suis-je donc ? demandai-je.
- Vous êtes madame Lebrun, qui peint dans la perfection.

  • (fr) Mémoires d'une portraitiste (1855), Élisabeth Vigée Le Brun, éd. Éditions Scala (réédition), 1999, p. 80


Mieux vaut la suivre là où elle souhaite conduire son lecteur : à la découverte d'un monde, d'une société, de mœurs, de paysages qui, lorsqu'elle écrivait, avaient, pour beaucoup, déjà disparu et dont elle cherchait à fixer la trace. Elle y parvint avec un talent délicieux, décuplé par son don d'observation, sa sensibilité immense, servis par une intelligence et une culture assez rares.
  • « Les révélations de Madame Vigée-Lebrun », Anne Bernet, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 43, Juillet-août 2009, p. 19


Citations rapportéesModifier

Elle était en train de peindre dans son atelier, disent ses Souvenirs, quand les premières douleurs sont arrivées et elle ne s'est interrompue que pour mettre au monde sa fille.
  • (fr) Madame Vigée Le Brun, Françoise Pitt-Rivers, éd. Gallimard, 2001, p. 56


Ici, enfin, je repose...
  • Épitaphe d'Élisabeth Vigée Le Brun.
  • (fr) Le grand Paris, Louis Thomas, éd. Aux armes de France, 1941, p. 87


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :