Papyrus (bande dessinée)

série de bande dessinée

Papyrus est une série de bande dessinée d'aventure historique et mythologique pour la jeunesse qui se déroule dans l'Égypte antique. Dessinée et scénarisée par Lucien De Gieter, elle paraît de 1974 (dans la revue Spirou puis en albums) jusqu'en 2013, année où l'auteur annonce la fin de la série.

Fresque représentant Papyrus et la princesse Théti-Chéri sur un mur de la station de métro « Janson » à Charleroi (Belgique) en 2015.

CitationsModifier

15. L'Enfant hiéroglypheModifier

Osiris : Toi, Aménopé, tu attendras là, aux pieds des dieux, que ton travail soit exécuté ! Va ! Ba, vole vers Hapou, l'enfant innocent ! Il sera le savoir. L'enfant hiéroglyphe !

  • Un "ba" est un esprit.
  • L'Enfant hiéroglyphe (1992), Lucien De Gieter (dessin et scénario), éd. Dupuis, coll. « Papyrus », 2000, t. 15, p. 5


Théti-Chéri : La fille de Pharaon te fait les honneurs du temple de Karnak. Et toi, au lieu d'en profiter, tu râles sur Imhoutep ?!

  • L'Enfant hiéroglyphe (1992), Lucien De Gieter (dessin et scénario), éd. Dupuis, coll. « Papyrus », 2000, t. 15, p. 14


Papyrus : Malheur ! Pour un instant que je le laisse seul, il se fait attaquer !

  • L'Enfant hiéroglyphe (1992), Lucien De Gieter (dessin et scénario), éd. Dupuis, coll. « Papyrus », 2000, t. 15, p. 37


Papyrus : Ivre morte ! Ah, elle est belle, la garde de Pharaon !

  • L'Enfant hiéroglyphe (1992), Lucien De Gieter (dessin et scénario), éd. Dupuis, coll. « Papyrus », 2000, t. 15, p. 38


Citations au sujet de PapyrusModifier

Lucien De GieterModifier

Et j’ai fait alors quelque chose d’encore tout à fait nouveau : une histoire se déroulant dans l’Égypte ancienne, ce que personne n’avait fait à cette époque-là. Edgar P. Jacobs avait dessiné une histoire se déroulant dans l’Égypte du XXe siècle, mais moi je me suis dit que j’allais raconter une histoire se déroulant en Égypte ancienne. C’est comme ça que Papyrus a commencé.
  • « Lucien de Gieter : « La plupart des personnages ont un temps. » », Lucien De Gieter (propos recueillis par Marc Dacier), ActuaBD, 2 mai 2013 (lire en ligne)


Mes connaissances étaient très scolaires, très traditionnelles. Et c’est d’ailleurs pour ça que les premières histoires sont fantastiques. J’ai fait un peu n’importe quoi. J’ai fait ce que tout le monde imagine quand on parle de l’Égypte : les pyramides, le sphinx, les souterrains, les mystères.
  • Sur les débuts de la BD Papyrus.
  • « Entretien avec Lucien de Gieter », Lucien De Gieter (propos recueillis par Alexis Seny), BD Best, 19 juin 2015 (lire en ligne)


J’avais rencontré des égyptologues – des gens très savants – mais je ne l’étais pas. Donc, j’ai étudié monument par monument: la pyramide à degré, les obélisques, Karnak, Louxor. Puis, je me suis situé à une époque. Car au début, j’avais pris un pharaon plutôt peu connu comme ça je pouvais me mettre un peu n’importe où. Mais, au bout d’un moment, ça n’allait plu, je devais être sérieux. Mais les choses sont plutôt bien tombées, puisque Meremptah était le fils de Ramsès II.
  • Sur les débuts de la BD Papyrus.
  • « Entretien avec Lucien de Gieter », Lucien De Gieter (propos recueillis par Alexis Seny), BD Best, 19 juin 2015 (lire en ligne)


J’ai commencé par avoir évidemment beaucoup de documentation : il en existe énormément sur l’Égypte, c’est un domaine dans lequel on peut trouver des tas de bouquins qui donnent beaucoup de précisions. Mais, d’autre part, quand j’ai des problèmes spécifiques, j’ai des amis égyptologues qui sont heureux de me donner les informations dont j’ai besoin.
  • « Lucien de Gieter : « La plupart des personnages ont un temps. » », Lucien De Gieter (propos recueillis par Marc Dacier), ActuaBD, 2 mai 2013 (lire en ligne)


Eh bien écoutez, le prochain Papyrus sera le dernier. En tout cas, pour moi, ce sera le dernier Papyrus. Je vais faire une histoire qui rappellera peut-être beaucoup ce que j’ai fait : on va y retrouver beaucoup de mes personnages. Mais je vais essayer de faire une fin. Attention : Papyrus ne va pas mourir, la vie lui sera largement ouverte, mais à titre personnel, j’ai envie de faire ça. C’est un peu un scoop que je vous livre, parce que c’est très rare : la plupart du temps, les histoires s’arrêtent brusquement. Et moi, j’ai envie de lui donner une fin, mais une belle fin, sympathique.
  • « Lucien de Gieter : « La plupart des personnages ont un temps. » », Lucien De Gieter (propos recueillis par Marc Dacier), ActuaBD, 2 mai 2013 (lire en ligne)


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :