Ta-Nehisi Coates

journaliste et écrivain américain
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

Ta-Nehisi Coates, né en 1975, est un écrivain et journaliste américain.

Ta-Nehisi Coates.jpg

CitationsModifier

The Beautiful StruggleModifier

Between the World and MeModifier


La race naît du racisme, et non le contraire.
  • Une colère noire, Ta-Nehisi Coates (trad. Thomas Chaumont), éd. Autrement, 2016  (ISBN 9782746743410), chap. I, p. 22


Tu dois faire la paix avec le chaos, mais tu ne peux pas mentir. Tu ne peux pas oublier tout ce qu’ils nous ont pris et la façon dont ils ont transfiguré nos corps pour en faire du sucre, du tabac, du coton, de l’or.
  • Une colère noire, Ta-Nehisi Coates (trad. Thomas Chaumont), éd. Autrement, 2016  (ISBN 9782746743410), chap. I, p. 101


EntretiensModifier

Le titre anglais Between the World and Me [« entre le monde et moi »] renvoie à un poème brutal de Richard Wright, dans lequel il décrit le souvenir d’un lynchage à la première personne, montrant que nous sommes tous porteurs d’un passé, d’une histoire qui nous traverse. James Baldwin et Richard Wright sont deux consciences critiques, deux modèles de l’écriture noire.
  • « Ta-Nehisi Coates : “La race naît du racisme et non le contraire” », Cédric Enjalbert, Philosophie Magazine, 27 avril 2106 (lire en ligne)


Je ne l’ai pas écrit en imaginant qu’il pourrait être traduit. Une colère noire renvoie à une expérience afro-américaine très spécifique. Mais dans cette expérience humaine est contenu l’universel. L’oppression, le racisme et la discrimination sont des réalités qui s’attaquent aux corps, compréhensibles par tous.
  • « Ta-Nehisi Coates : “La race naît du racisme et non le contraire” », Cédric Enjalbert, Philosophie Magazine, 27 avril 2106 (lire en ligne)


Citations rapportéesModifier

Citations surModifier

À la sortie de Colère noire aux États-Unis, Toni Morrison déclara que vous combliez désormais « le vide intellectuel » qu’elle ressentait depuis la mort de James Baldwin, romancier que je considère comme le plus grand théoricien des droits civiques aux États-Unis. […] Oui, vous observez l'Amérique d’aujourd’hui avec la lucidité de Baldwin, et votre lettre, à cet égard, n’est pas éloignée de celle que votre « ainé » spirituel adressa à son neveu dans l’ouverture de La prochaine fois, le feu, brûlot qu’il commit en 1963 et devenu un classique dans la compréhension des rapports entre les « races » en Amérique.
  • « Lettre à mon « frère » d’Amérique », Alain Mabanckou, dans Une colère noire, Ta-Nehisi Coates, éd. Autrement, 2016  (ISBN 9782746743410), p. 9-10


Voir aussiModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :