Zeus

roi des dieux et roi des Olympiens dans la mythologie grecque

Zeus est le dieu suprême dans la religion polythéiste grecque antique et dans la mythologie grecque.

Zeus brandissant le foudre (statuette archaïque en bronze).

Paroles attribuées à ZeusModifier

HomèreModifier

Zeus. — Ah ! misère !… Écoutez les mortels mettre en cause les dieux ! C'est de nous, disent-ils, que leur viennent les maux, quand eux, en vérité, par leur propre sottise, aggravent les malheurs assignés par le sort.


À propos de ZeusModifier

HomèreModifier

Achille. — […] Deux jarres reposent sur le sol de la maison de Zeus, pleines de tous les dons qu’il veut nous accorder : l’une, de maux et l’autre, de faveurs. Celui à qui Zeus lance-foudre fait don d’un mélange, celui-là rencontre tantôt le malheur et tantôt le bonheur. Mais celui à qui il ne donne que peines, Zeus en fait un maudit ; une faim dévorante le pourchasse à travers la terre divine, et il va çà et là, sans être honoré des dieux ni des mortels.


EschyleModifier

Le chœur. — Zeus !… quel que soit son vrai nom, si celui-ci lui agrée, c’est celui dont je l’appelle.


Le Chœur des Danaïdes. — Entre les dieux, à qui serais-je mieux fondée
à m’adresser ? Qui fait justice mieux que Zeus ?
Il est mon Père et mon Seigneur,
lui-même auteur de mon lignage,
l’Ancien des jours en Sagesse et Grandeur,
mon Créateur, Pôle de Tout-Recours,
Zeus au souffle béni !


EuripideModifier

Mélanippe. — Zeus ? Mais qui donc est Zeus ? Ce que je sais de lui n’est que par ouï-dire…
  • « Fragments » (trad. Victor-Henri Debidour), dans Les Tragiques grecs, Eschyle, Sophocle, Euripide et al., éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche/La Pochothèque », 1999  (ISBN 978-2-253-13246-2), p. 1839


AristophaneModifier

Strepsiade. — Mais Zeus, selon vous, voyons, au nom de la Terre, Zeus l’Olympien n’est pas dieu ?
Socrate. — Qui ça, Zeus ? Trêve de balivernes ; il n’existe même pas, Zeus.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :