Ouvrir le menu principal

Marion Maréchal

femme politique française
(Redirigé depuis Marion Maréchal-Le Pen)
Pour les articles homonymes, voir Le Pen. Disambig.svg

Marion Maréchal

Marion Maréchal, née le 10 décembre 1989 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), est une femme politique française.

CitationsModifier

Penser la puissance implique d'abord une conscience de soi. Etre capable de se définir dans des frontières géographiques, culturelles. Les élites européennes sont frappées d'amnésie historique. Elles refusent de penser l'Europe en termes de civilisation, puisque cela les obligerait à répondre aux questions brulantes d'identité, d'immigration, de démographie, d'islamisation, à contre-courant de leur projet européen construit comme un marché-monde. Pour elles, L'Union est un vaste ensemble économique et financier aux valeurs indéterminées. Jamais elles ne la définiront comme une civilisation à la confluence de la Grèce, de Rome, de la chrétienté et de l'humanisme.

  • « Macron ne comprend rien à l'âme des peuples », Propos recueillis par Charlotte d'Ornellas et Geoffroy Lejeune, avec Tugdual Denis, Valeurs Actuelles, nº 4298, 11 au 17 avril 2019, p. 24


La politique actuelle ne relève plus du gouvernement des hommes, mais de l'administration des choses à travers le droit et l'économie. C'est de la "gouvernance", mot emprunté à l'entreprise. Derrière la démocratie libérale, il y a la dépolitisation de l'économie. Elle n'est plus vécue comme un acteur de justice sociale ou de puissance, mais comme la gestion d'un trésorerie par des élites aux yeux rivés sur les marchés et les sanctions européennes. Les "gilets jaunes" en sont les premières victimes, voila pourquoi ils remettent tant en cause le primat de l'économie sur l'homme.

  • « Macron ne comprend rien à l'âme des peuples », Propos recueillis par charlotte d'Ornellas et Geoffroy Lejeune, avec Tugdual Denis, Valeurs Actuelles, nº 4298, 11 au 17 avril 2019, p. 25


La gestion de l'économie part la démocratie libérale par du présupposé de Hobbes, "Homo homini lupus est" : l'homme est un loup pour l'homme. L'exact contraire d'Aristote, qui explique que l'homme est un animal politique. Si on part de la formule de Hobbes, l'homme ne serait mû que par des intérêts égoïstes et l'économie devient alors le meilleur moyen de réguler les rapports humains.
Cela crée un malaise anthropologique réel, une perte de sens, de ciment social. Le sentiment d'invisibilité de la France périphérique, depuis des décennies dans cette démocratie des experts et des juges, est très fort.

  • « Macron ne comprend rien à l'âme des peuples », Propos recueillis par charlotte d'Ornellas et Geoffroy Lejeune, avec Tugdual Denis, Valeurs Actuelles, nº 4298, 11 au 17 avril 2019, p. 25


Le progressisme est une forme de fascination enfantine pour l'avenir. Il considère, en prenant le calque des progrès techniques, qu'il existe un progrès humain inéluctable, que toutes les générations à venir sont nécessairement meilleures que les générations passées. Ce progressisme a donc une propension à mépriser le passé, à en faire table rase. Pour reprendre une formule de Burke, c'est une forme de rationalisme intégral où rien n'existe en dehors de la raison humaine, d'où l'impossibilité d'intégrer la religion et la spiritualité avec une tendance à l'abstraction contre le charnel, où l'on aime soumettre les réalités à de grands principes idéologiques.

  • « Macron ne comprend rien à l'âme des peuples », Propos recueillis par charlotte d'Ornellas et Geoffroy Lejeune, avec Tugdual Denis, Valeurs Actuelles, nº 4298, 11 au 17 avril 2019, p. 28


Je suis conservatrice dans ma façon de voir le monde, car je crois au bienfait de conserver ce que nos pères ont patiemment construit de beau, de juste et de vrai. La transmission, c'est le véritable secret de l'émancipation. Pour dépasser, il faut déjà recevoir.

  • « Macron ne comprend rien à l'âme des peuples », Propos recueillis par charlotte d'Ornellas et Geoffroy Lejeune, avec Tugdual Denis, Valeurs Actuelles, nº 4298, 11 au 17 avril 2019, p. 28, 29


[Le] cannabis s’apparente de moins en moins à une drogue douce, et le cliché du fumeur de joint baba cool sympa des années 70 est totalement dépassé.


(...) le mariage n'est pas une reconnaissance sociale de l'amour. Légalement, ce n'est pas ça le critère. Si on va au bout de la logique, pourquoi interdire la polygamie?
  • « Mariage homo: Marion Maréchal-Le Pen agite aussi l'argument de la polygamie », Marion Maréchal-Le Pen, lelab.europe1.fr, 29 novembre 2012 (lire en ligne)


Articles connexesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :