Galileo Galilei

physicien, philosophe et astronome italien
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

Galilée ou Galileo Galilei (Pise, 15 février 1564 - Florence, 8 janvier 1642) est un physicien et mathématicien italien.

Galileo Galilei (1636).

CitationsModifier

Le messager des étoilesModifier

Grâce à la Lunette, on peut si bien fixer son regard sur elle [la Voie lactée], que toutes les disputes qui ont, durant tant de siècles, torturé les Philosophes sont détruites par l’évidence de la perception, et que nous voilà libérés de discussions verbeuses. La Galaxie n’est, en effet, rien d’autre qu’un amas d’Étoiles innombrables regroupées en petits tas : qu’elle que soit, en effet, la région vers laquelle on dirige la Lunette, aussitôt une immense foule d’Étoiles s’offre à la vue, dont plusieurs semblent assez grandes et bien visibles; mais une multitude de très petites Étoiles se soustrait absolument à l’exploration.
  • Le messager des étoiles, Galileo Galilei, éd. Seuil, 1992  (ISBN 2-02-014593-6), p. 141


L'EssayeurModifier

La philosophie est écrite dans cet immense livre qui se tient toujours ouvert devant nos yeux, je veux dire l'Univers, mais on ne peut le comprendre si l'on ne s'applique d'abord à en comprendre la langue et à connaître les caractères avec lesquels il est écrit. Il est écrit dans la langue mathématique et ses caractères sont des triangles, des cercles et autres figures géométriques, sans le moyen desquels il est humainement impossible d'en comprendre un mot. Sans eux, c'est une errance vaine dans un labyrinthe obscur.
  • L' Essayeur de Galilée (1623), Galileo Galilei, éd. Les Belles lettres, 1979  (ISBN 2251602348), p. 141


Citations rapportéesModifier

La Voie lactée n’est rien d’autre qu’un amas d’étoiles innombrables.


En science, l’autorité d’un millier ne vaut pas l’humble raisonnement d’un seul individu.


On ne peut rien apprendre à un homme, on peut juste l’aider à trouver la réponse par lui-même.


Citations surModifier

Il viendra [...] un jour, et j’en suis presque certain, où les Hommes, éclairés par de meilleures études, déploreront l’infortune de Galilée et l’injustice faite à un si grand homme ; mais, en attendant, il faudra qu’il la souffre, et il ne pourra s’en plaindre qu’en secret….
  • Histoire de l’astronomie moderne, Jean-Baptiste Joseph Delambre, éd. Huzard-Courcier, 1821, t. 1, partie DISCOURS PRÉLIMINAIRE., p. xxx (texte intégral sur Wikisource)


Voir aussiModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :