Italo Calvino

écrivain italien (1923-1985)
Article en cours de rédaction
Cet article est inachevé. Son état est provisoire et sera modifié. Une version améliorée est en préparation.
  • Veuillez prendre son état actuel avec prudence : Le plan et le contenu peuvent être incomplets, ou en révision.
  • Pour participer à cette amélioration, il vous est recommandé de consulter la page de discussion au préalable.
Cette page est une ébauche. N'hésitez pas à la modifier en ajoutant des citations admissibles !

Italo Calvino est un écrivain italien né à Santiago de las Vegas (Cuba) le 15 octobre 1923 et mort à Sienne (Italie) le 19 septembre 1985.

Italo Calvino.

Citations

modifier

Le Chevalier inexistant

modifier


Sous les murs rouges de Paris, s’était déployée l’armée de France : Charlemagne devait passer les paladins en revue. Ils attendaient depuis trois grandes heures, dans la touffeur d’un après-midi de début d’été, un peu couvert, nuageux ; on mitonnait dans les cuirasses, comme dans des marmites mises à cuire à feu doux. Peut-être bien que, dans cet alignement imperturbable de chevaliers, quelqu’un déjà s’était évanoui, ou simplement assoupi : de toute façon, l’armure les maintenait bien cambrés sur leur selle, tous pareils.
  • Incipit du roman.
  • Le Chevalier inexistant (1959), Italo Calvino (trad. Maurice Javion), éd. du Seuil, coll. « Points », 1995  (ISBN 2-02-023812-8), chap. I, p. 11


Cosmicomics

modifier


Temps zéro

modifier
  • Cosmicomics : récits anciens et nouveaux, Italo Calvino (trad. Jean Thibaudeau), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2013  (ISBN 978-2-07-045109-8), p.  (lire en ligne)
    Cette source est trop vague : les champs page doivent être renseignés. Si des références précises ne sont pas données, la citation devra être retirée de la page.


Les Villes invisibles

modifier


L’homme qui chevauche longuement par des terres sauvages, le désir d’une ville le prend. Il finit par arriver à Isidora […]. Isidora est donc la ville de ses rêves : à une différence près. La ville rêvée le contenait lui encore jeune ; il arrive à Isidora déjà vieux. Sur la place, il y a le muret des vieux qui regardent passer la jeunesse ; il se trouve assis parmi eux. Les désirs sont déjà des souvenirs.
  • Les Villes invisibles, Italo Calvino (trad. Martin Rueff), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2019  (ISBN 978-2-07-288349-1), chap. I. Les villes et la mémoire, 2., p. 14


Si par une nuit d'hiver un voyageur

modifier


Tu es sur le point de commencer le nouveau roman d’Italo Calvino, Si une nuit d’hiver un voyageur. Détends‐toi. Recueille‐toi. Chasse toute autre pensée de ton esprit. Laisse le monde qui t’entoure s’estomper dans le vague. Il vaut mieux fermer la porte ; là‐bas la télévision est toujours allumée. Dis‐le tout de suite aux autres : « Non, non, je ne veux pas regarder la télévision. » Lève la voix, sinon ils ne t’entendront pas : « Je suis en train de lire ! Je ne veux pas être dérangé. » Il se peut qu’ils ne t’aient pas entendu avec tout ce bazar ; dis‐le à haute voix, crie : « Je vais commencer le nouveau roman d’Italo Calvino ! » Ou si tu ne veux pas, ne le dis pas ; espérons qu’ils te laissent tranquille.
  • Si par une nuit d'hiver un voyageur, Italo Calvino (trad. Martin Rueff), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2015  (ISBN 978-2-07-045106-7), chap. I, p. 9


Te voilà donc prêt désormais à attaquer les premières lignes de la première page. Tu t’attends à reconnaître l’accent incomparable de l’auteur. Non. Tu ne le reconnais pas du tout. Mais à y regarder de près, a‐t‐on jamais dit que cet auteur avait un accent inimitable ? Tout au contraire, on sait bien qu’on a affaire à un auteur qui change beaucoup d’un livre à l’autre. Et c’est justement dans ces changements qu’on reconnaît que c’est bien lui.
  • Si par une nuit d'hiver un voyageur, Italo Calvino (trad. Martin Rueff), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2015  (ISBN 978-2-07-045106-7), chap. I, p. 17-18


Écouter quelqu’un qui lit à haute voix, ce n’est pas la même chose que lire en silence. Quand tu lis, tu peux t’arrêter, ou survoler les phrases : c’est toi qui décides du rythme. Quand c’est un autre qui lit, il est difficile de faire coïncider ton attention avec le tempo de sa lecture : sa voix va ou trop vite ou trop lentement.


Tourner la page

modifier

Leçons américaines

modifier

La route de San Giovanni

modifier


Pourquoi lire les classiques

modifier
Les classiques sont ces livres dont on entend toujours dire : « je suis en train de le relire… » et jamais : « je suis en train de le lire… »
  • « Italiani, vi esorto ai classici », L'Espresso, 28 juin 1981 , première traduction française dans La machine littérature : essais (trad. Michel Orcel et François Wahl), Seuil, (ISBN 2-02-006682-3, lire en ligne), p. 103.
  • « Pourquoi lire les classiques », dans Pourquoi lire les classiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, 1996  (ISBN 2-02-025910-9), p. 7 (lire en ligne)


Toute relecture d’un classique est une découverte, comme la première lecture.
  • « Pourquoi lire les classiques », dans Pourquoi lire les classiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, 1996  (ISBN 2-02-025910-9), p. 9 (lire en ligne)


Un classique est un livre qui n'a jamais fini de dire ce qu'il a à dire.
  • « Pourquoi lire les classiques », dans Pourquoi lire les classiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, 1996  (ISBN 2-02-025910-9), p. 9 (lire en ligne)


Est classique ce qui tend à reléguer l’actualité au rang de rumeur de fond, sans pour autant prétendre éteindre cette rumeur.
  • « Pourquoi lire les classiques », dans Pourquoi lire les classiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, 1996  (ISBN 2-02-025910-9), p. 12 (lire en ligne)


Est classique ce qui persiste comme rumeur de fond, là même où l’actualité qui en est la plus éloignée règne en maître.
  • « Pourquoi lire les classiques », dans Pourquoi lire les classiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, 1996  (ISBN 2-02-025910-9), p. 12 (lire en ligne)

La grande bonace des Antilles

modifier

Ermite à Paris

modifier
Si l'on admet que le travail de l'écrivain peut être influencé par le milieu où il s'accomplit, par les éléments du décor qui l'entoure, on doit alors reconnaître que Turin est la ville idéale pour écrire. Je ne sais pas comment on peut écrire dans une de ces villes où les images du présent sont si exubérantes, si imposantes qu'elles ne laissent aucune marge d'espace et de silence. Ici, à Turin, on arrive à écrire parce que le passé et l'avenir ont plus d'évidence que le présent, les lignes de force du passé et la tension vers l'avenir donnent un sens concret aux images discrètes et ordonnées de l'actuel. Turin est une ville qui invite à la rigueur, à la linéarité, au style. Elle invite à la logique et ouvre, à travers la logique, une voie vers la folie.
  • Note, 1960
  • « L’écrivain et la ville », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 14


Avant d’être une ville du monde réel, Paris, pour moi comme pour des millions d’autres personnes de tous les pays, a été une ville imaginée à travers les livres, une ville que l’on s’approprie par la lecture.
  • Entretien avec Valerio Riva, 1974
  • « Ermite à Paris », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 84


Mon bureau est comme une île : il pourrait se trouver ici comme dans un autre pays.
  • « Ermite à Paris », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 86


Il y a un point invisible, anonyme, qui est celui à partir duquel on écrit, et c'est pour cela qu'il m'est difficile de définir le rapport entre le lieu où j'écris et la ville qui l'entoure. Je peux très bien écrire dans les chambres d'hôtel, dans cette sorte d'espace abstrait, anonyme, que sont les chambres d'hôtel, où je retrouve devant moi la page blanche, sans alternative, sans issue. Ou peut-être est-ce là une condition idéale valable surtout quand j'étais plus jeune, et que le monde était là, juste au-delà de la porte, avec sa densité de signes; il m'accompagnait partout, il avait tellement de consistance qu'il me suffisait de m'en écarter d'un pas pour pouvoir écrire sur lui. A présent quelque chose a dû changer, je n'écris bien que dans un endroit qui m'appartient, avec des livres à portée de la main, comme si j'avais besoin de consulter toujours on ne sait trop quoi. Ce n'est peut-être pas pour les livres en eux-mêmes, mais pour une sorte d'espace intérieur qu'ils forment, comme si je m'identifiais à ma bibliothèque idéale.
  • « Ermite à Paris », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 89-90


Paris est une œuvre de consultation gigantesque, c'est une ville que l'on consulte comme une encyclopédie : dès la première page, elle donne toute une série d'informations, d'une richesse qu'aucune autre ville n'égale.
  • « Ermite à Paris », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 90


Ma rencontre matérielle avec l'Amérique a été une expérience vraiment belle : New York est une de mes villes, et en effet, toujours pendant les années soixante, dans Cosmicomics, mais aussi dans Temps zéro, il y a des récits qui se déroulent justement à New York. De l'autre côté de l'Atlantique je sens que j'appartiens à la majorité des Italiens qui vont en Amérique avec beaucoup de facilité - désormais on en compte des millions et des millions - et non de la minorité qui reste en Italie ; peut-être parce que la première fois où je suis allé en Amérique avec mes parents j'avais un an. Quand je suis revenu aux États-Unis à l'âge adulte, j'avais un grant de la Ford Foundation qui me donnait le droit de parcourir les États-Unis en long et en large, sans aucune obligation; évidemment j'en ai fait le tour, j'ai voyagé dans le Sud, et même en Californie, mais je me sentais très new-yorkais : New York est ma ville.
  • Entretien avec Ugo Rubeo, Palerme, septembre 1984, publié en dans Mal d’America. Da mito a realtà, Ruiniti, 1987 .
  • « New York est ma ville », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 175


La ville que j'ai sentie comme ma ville plus que n'importe quelle autre est New York. J'ai même écrit une fois, en imitant Stendhal, que je voulais que sur ma tombe on écrive « new-yorkais ». Cela avait lieu en 1960. Je n'ai pas changé d'avis, bien que depuis ce temps-là j'aie vécu la plupart du temps à Paris, ville dont je ne me détache que pour de brèves périodes et où peut-être, si j'ai la possibilité de choisir, je mourrai. Mais chaque fois que je vais à New York, je la trouve plus belle et plus proche d'une forme de ville idéale. Peut-être parce que c'est une ville géométrique, cristalline, sans passé, sans profondeur, apparemment sans secrets; raison pour laquelle c'est la ville qui en impose le moins, la ville dont je peux avoir l'illusion que je la maîtrise avec l'esprit, que je peux la penser tout entière au même instant.
  • (it) Maria Corti (it), « Intervista: Italo Calvino », Autografo, vol. 2, no6, octobre 1985, p. 47-53 .
  • « Entretien avec Maria Corti », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 183


Pour moi, les processus de l’imagination suivent des itinéraires qui coïncident pas toujours avec ceux de la vie. Le paysage natal et familial est celui qu’on ne peut repousser ou cacher; San Remo (it) continue à ressortir dans mes livres, dans les perspectives et les raccourcis les plus divers, surtout vu du haut, et la ville est particulièrement présente dans un certain nombre des Villes invisibles. Naturellement je parle de San Remo tel qu'il était il y a trente ou trente-cing ans, et surtout il y a cinquante ou soixante ans, quand j'étais enfant. Toute investigation ne peut que partir de ce noyau d'où se développent l'imagination, la psychologie, le langage ; cette persistance est en moi aussi forte que l'a été dans ma jeunesse la poussée centripète qui s'est révélée très tôt sans retour, parce que les lieux ont rapidement cessé d'exister.
  • « Entretien avec Maria Corti », dans Ermite à Paris: pages autobiographiques, Italo Calvino (trad. Jean-Paul Manganaro), éd. Seuil, coll. « Bibliothèque Calvino », 2001  (ISBN 2-02-025687-8), p. 183-184


Défis aux labyrinthes

modifier

Le métier d’écrire

modifier

Citations sur

modifier

Cesare Pavese

modifier
Voir le recueil de citations : Cesare Pavese
À 23 ans, Calvino sait déjà que pour raconter, il n'est pas nécessaire de « créer des personnages », mais qu'il faut savoir transformer des faits en mots. Il le sait de manière allègre, désinvolte, un peu comme un gamin. Il n'a pas peur des mots : tant qu'ils veulent dire quelque chose, tant qu'ils servent à quelque chose, il les dit, il les creuse, il les dénoyaute, il les jette peut-être, comme on jette des sarments sur le feu, mais le but, c'est bien la flamme, la chaleur, la poêle.
  • l’Unità, 26 octobre 1947.
  • « L’amitié, une vie. Le Sentier des nids d’araignée », Cesare Pavese, dans Italo Calvino, Christophe Mileschi et Martin Rueff, éd. L’Herne, 2024  (ISBN 9791031904269), p. 55


Calvino naît au récit au beau milieu de la guerre civile. Ce sont là ses faits, les choses dont il fait des mots. Si l'on affirmait que ce livre, Le Sentier des nids d'araignée (Einaudi, 1947), perdant au concours Mondadori et gagnant au concours de Riccione, est le plus beau récit que nous avons eu sur l'expérience de la Résistance, personne n'essuierait de larmes. On dira alors que l'astuce de Calvino, cet écureuil de la plume, a été de grimper aux arbres, plus par jeu que par peur, et d'observer la vie des Résistants comme une fable des bois, formidable, bigarrée, « différente ».
  • l’Unità, 26 octobre 1947.
  • « L’amitié, une vie. Le Sentier des nids d’araignée », Cesare Pavese, dans Italo Calvino, Christophe Mileschi et Martin Rueff, éd. L’Herne, 2024  (ISBN 9791031904269), p. 55


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :