Ouvrir le menu principal

John Ronald Reuel Tolkien

écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais (1892-1973)

Bilbo le Hobbit, 1937Modifier

Voir le recueil de citations : Bilbo le Hobbit

Le Seigneur des anneaux, 1954-1955Modifier

Voir le recueil de citations : Le Seigneur des anneaux

Les Aventures de Tom Bombadil, 1962Modifier

Qu'est-ce ce qu'un héron sans ses pattes, un poisson sans ses nageoires ?
  • (en) What's a coot without his legs, or a finless fish now ?
  • (en) Les Aventures de Tom Bombadil (1962), John Ronald Ruel Tolkien (trad. Dashiell Hedayat), éd. Christian Bourgeois, coll. « Pocket », 1975  (ISBN 2-266-07086-X), chap. 1, p. 42 et 43


Les Enfants de Húrin (Posthume), 2007Modifier

Seul demeurait Húrin, le dernier de tous. Alors, il jeta son bouclier, et saisit la hache d’un capitaine des Orques pour la brandir à deux mains ; et les chants disent que la hache fuma dans le sang noir des Trolls qui composaient la garde rapprochée de Gothmog, jusqu’à l’anéantir, et à chaque fois qu’il tuait, Húrin hurlait : « Aure entuleva ! Le jour reviendra ! » Soixante-dix fois, il lança ce cri ; mais ils finirent par le prendre vivant, sur l’ordre de Morgoth, qui pensait ainsi lui causer plus de mal qu’en le tuant.
  • Les Enfants de Húrin, John Ronald Reuel Tolkien (trad. Delphine Martin), éd. Christian Bourgeois, 2007, p. 56


Citations diversesModifier

J'ai dans le sang la haine de l'apartheid.
  • (en) I have the hatred of apartheid in my bones.
  • « Discours d'adieu à l'université d'Oxford » (1959), dans Les Monstres et les critiques et autres essais (1983), J.R.R. Tolkien (trad. Christine Laferrière), éd. Christian Bourgois, 2006, p. 293


À propos de TolkienModifier

Robin HobbModifier

J'ai lu Tolkien, oh, vers 1966, je pense. Et ça a été comme une flèche en plein cœur. Je n'avais jamais rien lu de pareil auparavant, et jamais imaginé que quiconque puisse écrire un livre pareil. Je me souviens de mon chagrin quand je l'ai terminé, qu'il n'y avait plus rien à lire, et je me souviens aussi d'avoir pensé, "Je n'arriverai jamais, jamais à écrire quoi que ce soit d'aussi bon que ça".
  • (en) I read Tolkien, oh, about 1966 I think. And it was like an arrow through my heart. I'd never read anything like that before, never even imagined that anyone would write a book like that. I remember my sorrow when I finished it, that there was no more of it to read, and I also remember thinking, 'I'll never, ever be able to write anything as good as that.'


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :